dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Takku Suuf – Partie 11

6 min read

Les rituels finis, Safia avait à présent un petit doute. Tout ceci est beaucoup trop beau, pensait-elle mais est-ce légal ? C’est la question qui n’arrêtait pas de revenir. Voulant éclaircir ses doutes, elle regarde Ibrahim les yeux pleins de larmes

                                                               

– Ibrahim, certes le mariage a été scellé devant un imam et des témoins mais je ne cesse de douter. Ce mariage est-il valable devant Dieu ? C’est vrai tout le monde sait que je me suis mariée, en tout cas ma famille le sait mais ta famille non ? Moi je suis prête à tout faire pour te faciliter les choses surtout les tours mais est-ce que ce mariage est valable ? Je vais me donner à toi mais je ne voudrai pas que cela soit un péché pour nous !

– Et pourquoi ce mariage ne serait pas valable s’il a été scellé devant un imam et des témoins ?

– C’est vrai mais ta femme n’est pas au courant, si elle me surprend ici en train de me donner à toi oseras-tu confirmer que je suis ton épouse ?!

Ibrahim baisse la tête ne sachant quoi répondre

– Et pire, si un jour, on croise un membre de la famille de ton épouse comment vas-tu me présenter ? Ton épouse ou ton amie ?

– Je… je…

– Ibrahim, réponds-moi ?

– Mais que tu que je te dise Safi ? Le mariage est déjà scellé alors faisons de sortes qu’on ne croise personne, voilà ! Répondit Ibrahim exaspéré

– Mais non faut que ça soit clair dès maintenant ! Tu sais ce que dit la religion sur le mensonge. Dès le moment où tu oseras mentir devant qui que ce soit pour dire que je ne suis pas ta femme mais une ton amie sache que le divorce est prononcé ! Tu le savais ?

– Oui, je le sais, dit-il en tournant le dos pour sortir de la chambre

– Et ? Ajoutai-je en le suivant

– Je ne suis pas fou, ce jour-là, je prendrai mes responsabilités !

– Et ta femme, ta famille ?

– Ma famille elle se fout totalement de moi et ma maman en première ! Elle n’était pas là quand j’ai épousé ma femme, elle ne voulait même pas la rencontrer pour te dire que ma mère se fout de ce que je fais de ma vie ! Concernant Mariam, elle n’est plus mon épouse en tout cas je ne la considère plus comme telle ! Finit-il par sortir

– Est-ce qu’elle le sait ?

– Tu as décidé de m’énerver c’est ça ? Cria-t-il énervé

– Tu n’as pas besoin de lever la voix Ibrahim ! Je demande si ta femme sait que tu ne la considères plus comme ton épouse ?

– Oui ! Oui ! Je lui ai dit qu’elle n’est plus mon épouse devant Dieu mais elle ne veut pas quitter la maison. Elle dit qu’elle ne sera tranquille que lorsqu’elle me verra détruite !

– Pourquoi ? Pourquoi, elle te déteste autant ?

– Ca, faut lui demander !

– Je suis désolée mais je voulais que tout soit clair avant de faire une bêtise !

– Ne t’inquiète pas mon amour ! Je te protégerai envers et contre tout. Je prendrai mes responsabilités au moment venu mais pour l’instant je ne vois que toi et je veux te sentir tout contre moi et jusqu’au plus profond de mon âme ! Déclara-t-il les yeux mi-clos comme s’il se retenait

– Je suis à toi Kane Diallo et à jamais ! Répondis-je en me blottissant dans ses bras

Et très vite ils se retrouvent sous la couette. Ibrahim voulait que cette nuit soit inoubliable mais Saphiatou appréhendait un peu cette première fois même si elle ne laissait rien paraître. Elle se laissa aller, savourant les caresses de son homme…

– Tu es tellement belle, mon amour, souffla Ibrahim qui lisait une lueur de peur dans les yeux de son épouse

– Promets-moi que tu ne vas pas me faire mal ? Sortit-elle finalement les corps tremblants

– Fais-moi confiance et tout va bien se passer !

Pour seule réponse, elle attire son mari vers elle et lui prend ses douces lèvres. Corps contre corps, lèvres contre lèvre, Ibrahim avait du mal à se retenir, il ne voyait qu’une chose prendre son épouse…

Il écarta doucement les cuisses de sa femme, elle se laissa faire les yeux fermement clos.

– Ouvres tes yeux ma chérie !

– Vas-y rek yaw parce que là, je ne ressens plus rien ! Sortit-elle tremblante de peur

– Alors on va recommencer à zéro, je te le laisserai pas tant que tu ne supplieras pas de te prendre.

Il reprit ses caresses et baisers. Safia ne résista pas longtemps. Ivre de désir, elle supplia son mari de la prendre

– Je t’en supplie Ibaaa !

– Doucement ma chérie, jouis d’abord !

Il continua son jeu, voyant qu’elle avait du mal à jouir, Il se plaça entre ses jambes et accentue ses caresses sur la petite perle. Safia en redemandant encore et encore. Elle hurlait à tue-tête…

– Hum Ibaaa

– C’est ça… aller vas-y !

Elle jouit, jurant comme une folle cette fois. Vaguement consciente, elle voit le gros ‘’truc’’ de son mari entre ses jambes. N’ayant plus de force pour lever le petit doigt, il a fallu quelques secondes pour sentir les doigts de son mari sur cette partie-là, elle tente de se sauver mais il l’avait déjà fait entrer… elle gémit avant de sentir un truc un peu plus gros forcer l’entrée

– Chut, tu es très mouillée, tu ne sentiras rien bébé ! Osa-t-il dire alors que sa femme pensait le contraire

– Sais-tu à quel point tu comptes Saphiatou ? Dit-il en la pénétrant tout doucement

– Aieeeee

– Sais-tu que je donnerai ma vie pour toi Saphiatou ?

– Tu me fais mal Ibrahima, fit-elle laissant ses larmes couler

– Tu es belle ma chérie et tu as à moi…

Il réussit tant bien que mal à se frayer un chemin et très vite il perd son calme. Saphiatou se retenait pour ne pas crier mais elle avait du mal à supporter la douleur, il accélère quand même ses va-et-vient.

– Safiiii !!! Hurla-t-elle en déversant sa semence en elle

Il se retire quelques secondes après, Safi pleurait toujours.

– Je suis désolée mon amour, ça va ?

Elle fait oui de la tête pour ne pas l’inquiéter davantage mais elle n’allait pas bien du tout.

– Tu veux que je t’aide à te lever ?

Ne la laissant même pas répondre. Ibrahim prit sa femme dans ses bras et l’emmena dans la salle de bain. Il l’aida à se nettoyer, elle demanda à prendre une douche chaude et il la prit avec elle.

Quelques minutes après, il sortit en premier et chercha dans les affaires de sa femme une robe qu’il trouva dans la deuxième valise. Il l’aida à l’enfiler après lui avoir sécher le corps. Il changea les draps puis Safia se coucha sans un mot.

– Bébé je vais devoir partir ! Dit-il en caressant la tête de femme qui s’était déjà assoupie

– Tu vas où ?

– Chez moi bébé. Il est minuit passait…

– Tu ne vois pas que j’ai mal Ibrahima ! Je ne peux pas restée seule ici !

– Je suis désolé amour mais je ne peux pas rester avec toi. Je te promets que je serai là demain avant ton réveil…

Safia laissa échapper un sanglot se heurtant à la réalité.        Elle ne pourra jamais avoir son mari, les nuits. Elle passa le reste de la nuit à pleurer ce n’est vers 06 heures du matin qu’elle retrouva le sommeil, les yeux bouffis et tous rouges.

                                                                                                                                                  

Commentaire Facebook

6 commentaires on “Takku Suuf – Partie 11

  1. Elle est bien drôle Safi, elle réfléchit après coup lol.
    Les mensonges, les ay…c’est après le mariage qu’elle y pense🤭🙈

Comments are closed.