dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Partie 08

16 min read

Fatima SALL SOW

La nouvelle de ma grossesse m’a anéantie, je ne m’y attendais pas mais pas du tout. Je voyais toujours mes règles mais jamais je n’ai pensé que je pourrais être enceinte à 45 ans. Mon Dieu et mes enfants, que vont-ils pensé de leur mère ? Je ferai mieux de ne rien leur dire pour le moment et après je verrai comment leur annoncer. Et mon mari ? Cheut, non ki comme deumeu !

Quand le gynéco m’a confirmé la grossesse, j’ai vraiment pleuré et j’ai pensé même à l’enlever avant de me ressaisir, je ne ferai jamais une chose pareille mais j’étais vraiment désespérée. Sami n’arrêtait de se moquer jusqu’à ce qu’on se dispute devant son mari, j’ai pris mes bagages et j’ai quitté sa maison. Elle fait tout pour se rattraper, en m’amenant tous les jours de bons petits plats et j’en profite, je lui ai pardonné depuis mais je ne veux pas qu’elle arrête ses petites attentions…

Khalifa n’a toujours pas donné signe de vie depuis la dernière fois qu’il est passé me voir mais Oumou m’appelle tous les jours en me suppliant de parler à notre mari

– Yaw Oumou khana do sonou ? Tu ne te fatigues pas ? Ton mari s’il veut me parler il sait où me trouver, je n’ai pas déménagé, j’habite toujours le même quartier !

– Mais tu fais ce que tu veux et tu t’attends à ce qu’on te demande pardon, Fatima toi aussi, tu n’es pas une petite fille ! Khalifa ne parle même pas de toi, pour te dire qu’il n’a même pas l’intention de t’appeler alors ma chérie, mets ta fierté de côté et appelle-le !

– Oumou ne te fatigue pas, je ne vais pas l’appeler !

– Kone bakhna sinon toi ça va ?

– Super ! Mais namena sa thiéré mboum déh ! Tes couscous me manquent !

– Pourtant tu peux venir passer le week-end avec nous je t’en ferai de très bons avec du couscous de maïs comme tu aimes !

– Hi, impossible de voyager pour le moment ma chérie !

– Et pourquoi ?

– Oumou dit à ton mari qu’il a mis enceinte son épouse et qu’il a l’obligation de venir l’assister jusqu’à l’accouchement ! Sortis-je, frustrée

– Tu es enceinte ? Questionna-t-elle en riant. Oh mon Dieu quelle bonne nouvelle ma chérie mais ce n’est pas à moi de le dire à kaw alors tu sais ce qu’il te reste à faire !

– Merci pour ton soutien hein, je croyais que j’étais ta copine mais là…

– Hey tu es ma petite sœur, l’autre moitié de mon mari mais ma chérie, il y a des choses que tu dois faire seule, loumala beugeu, beugeu yama geuneu kham sa bop !

– D’accord ! Je vais essayer de me reposer un peu je reprends le boulot demain In Sha’Allah

– Voilà ma chérie et n’oublie pas de t’enduire de karité avant d’aller au lit, tu verras que ça te fera du bien !

– Ndaw nekk bou khasaw kone ! D’accord chérie, à demain, bisous, bye, je t’aime !

Je raccroche et me couche en réalité fimné dama khogne ba yakou ! Je suis tellement en manque, pauvre de moi !

Le lendemain au bureau, Sami me retrouve dans mon bureau avec des barquettes de paella qu’elle a commandées pour me faire plaisir…

– Qu’est-ce que tu attends pour appeler ton mari Fatima, li ba kagne ? Demanda-t-elle, sérieuse

– Et lui pourquoi il ne m’appelle pas ?

– Fatima, tu sais très bien que c’est toi qui a commencé cette guerre alors fait profil bas et appelle ton mari !

– Je vais l’appeler ce soir, de toutes les façons faut qu’il vienne parce que là, je suis en manque total !

– Ah donc tu l’appelles juste pour le sexe ?

– Oui et non ! Il me manque hein mais l’autre encore plus !

– S’il te plait appelle-le et excuse toi après tu pourras parler de sexe quand tu veux !

– D’accord chef ! Et Omar comment il va ?

– Bien Alhamdoulillah, il tire la tronche ces derniers, jours. On était sortis avant-hier et en rejoignant le parking, un homme qui était dans sa voiture m’avait lancé ‘’eh guel ya toye !’’ Il a failli lui arracher les yeux et une fois dans la voiture, il rejette sa colère sur moi, faléwou mako sakh ! Depuis c’est le silence radio

– Mais pourquoi il se fâche nak mon Amir !

– Il dit que c’est moi qui ai provoqué le gars parce que la robe que je portais, était beaucoup trop serrée…

– Oh c’est mignon il est jaloux mon chéri mais t’inquiète le gars il t’a tellement dans la peau qu’il ne peut rester trois jours sans te parler, il t’aime trop mon pote !

– Lolou la xam motakh je l’ignore moi aussi !

– Tchim !

– Bon ce n’est pas tout mais y a le boulot qui nous attend ma chérie et réconcilie toi avec ton homme ce soir ! dit-elle avant de quitter le bureau

– D’accord maman chérie !

Le soir après le succulent dîner de Sami, je décide d’appeler mon mari. Il est temps qu’on remette les pendules à l’heure. Je débloque son numéro que j’avais filtré avant de lancer l’appel, il décroche après quelques sonneries

– Daddy namenala ! Me précipitai-je. Je n’avais pas du tout envie de me disputer ce soir

– Salamou ‘Aleykum ! Dit-il calmement

– Waleykum Salam wa Rahmatullah, Ya Imam ziar nala !

– Nahnou Kazâlika !

– Sheut mais il fait tellement froid ces derniers jours, il est comment le climat à Gaya ?

– Qu’est-ce que tu veux Fatima ?

– Toi mon cœur ! Je n’ai pas droit de t’appeler et puis tu ne m’as pas répondu, je ne te manque pas même un peu sakh ?

– Tu veux que je te libère ?

Je sursaute, surprise mais je ne me laisse pas faire

– Yaw déh, nala lerr ni lila dougal ci mane guénéwoula ci, mane ak yaw ba pique ak pelle ! Sache que ce toi et moi c’est pour la vie !

– Fatima mane douma sa morom ! Je ne suis pas ton égal !

– Tu es mon kilifeu l’homme qui fait battre mon cœur, mon plus que mari, mon partenaire jusqu’à Firdaws In Sha’Allah et mon Imam bien-aimé !

– Je ne sais vraiment pas ce que je vais faire de toi ! Dit-il en riant

– M’aimer jusqu’à la mort rek !

– In Sha’Allah

– Maintenant que tout est fini, j’ai une surprise pour toi !

– Une surprise ?

– Oui mon amour, une grosse surprise même si… voilà vient rek et tu le sauras !

– D’accord mais ça ne sera pas pour cette semaine parce que je suis occupé peut-être la semaine prochaine In Sha’Allah

– Quelle semaine prochaine ? Ça fait plus d’un mois que l’on ne sait pas vu et tu me fais attendre jusqu’à la semaine prochaine ?! Je te veux à Dakar demain !

– Je ne viendrai que quand je serai libre !!! Répondit-il dans un ton assez dur

Comme je suis une excellente comédienne, il ne sait même pas de quoi je suis capable mon mari. J’éclate en sanglot, un sanglot assez fort

– C’est moi, moi que tu cries dessus ? Khalifa c’est moi que tu cries dessus ?

Je continue mes sanglots de plus belles mais je l’entendais se tordre de rire

– Inutile de forcer les pleurs soxna ci, je ne viendrai que lorsque je serai libre In Sha’Allah !

– Sa bop mame la wakh ! Tu peux mourir là-bas si tu veux !

– D’accord alors à l’année prochaine In Sha’Allah. Bisous

Il raccroche en riant, il m’a énervé mais je suis certaine qu’il sera là demain

De l’autre côté de la capitale, Mr et Mme Diop étaient en train de prendre tranquillement leur petit- déjeuner quand ils entendent, la sonnerie retentir. Etonnés, ils se demandent en même temps qui sonne à cette heure de la matinée ? Il était 07 heures 15 minutes. La ménagère vient dire à sa patronne de répondre à un certain Ibou, le courtier qui lui donnait les bonnes. Elle se leva et rejoignit son hôte dans le séjour

– Ibou mba diam la, lou xew ? J’espère que ce n’est rien de grave ? Se précipita-t-elle de dire, inquiète

– Non Mme Diop rassurez-vous !

– Tant mieux alors. Comment tu vas ? Je ne t’ai même pas salué !

– Bien Mme Diop ! En fait hier nuit vers 02 heures, 03 heures du matin une femme m’a trouvé devant la maison où je travaille et m’a demandé de lui prêter un endroit où elle pourrait dormir avec sa fille jusqu’au matin. Ayant reconnu sa voix, je lui ai demandé son nom et il s’est trouvé que c’était Madina Aïdara, ton ancienne bonne…

– Quoi ! Où est-elle ? Cria Tamara en bondissant de son fauteuil

– Calmez-vous Mme !

Rahim qui avait entendu le cri de sa femme se précipite dans le séjour pour s’enquérir des nouvelles

– Que se passe-t-il ? Posa-t-il lui aussi

– Ibou vient de me dire que Madina est passée la voir hier ?

Il s’assoit automatiquement devant le jeune homme et lui demande si c’est vrai ?

– Elle est passée en premier chez vous mais votre gardien n’a pas voulu la laisser entrer !

– Appelez-moi Diéguane tout de suite ! Cria Rahim

– Non ne faites pas cela monsieur, ça pourrait attirer des soupçons. Actuellement deux voitures sont garées devant votre maison et je suis sûr qu’ils sont à la recherche de Madina et de la petite. Je ne sais pas dans quelle histoire elle s’est embarquée mais hier deux gros gaillards ont intercepté mon frère qui faisait la ronde dans le quartier et ils lui ont demandé si il avait vu une petite dame et sa fille ce qu’il a nié bien sûr. Je pense que ce sont ces mêmes gars qui sont dans les deux voitures devant votre maison !

Tamara paniquée, laisse sortir ses larmes pendant que Rahim lancer des jurons de tout genre…

– Madina m’a dit que s’ils la retrouvent, ils vont la tuer, elle et sa petite fille. La petite est malade, elle a une très forte fièvre et Madina on dirait qu’elle a perdu la tête. Je ne sais pas comment on va faire pour la sortir de la maison sans éveiller les soupçons, la petite souffre vraiment !

Rahim faisait les cent pas dans le séjour et subitement une idée lui vient par la tête

– Il n’y a qu’une personne qui peut nous aider ! Lança-t-il se dirigeant vers la salle à manger

Il prend son téléphone et compose le numéro de son ami Rachid Bathily

Rachid était aussi en train de prendre son petit déjeuner avec sa famille. Il entend son téléphone sonner, il n’a pas lui aussi caché sa surprise quand il a vu le numéro qui s’affichait sur l’écran de son smartphone…

– Rahim mba diam ? J’espère que ce n’est rien de grave ?

Salma qui était en train de parler à ses jumeaux, rapporte toute son attention sur son mari.

– Loy wakh ni boy ? Mais de quoi tu parles ?

– Je te jure grand, Ibou vient de nous prévenir, là il faudra qu’on fasse vite, la petite à une forte fièvre d’après Ibou et Madina parait perdre la tête !

– Dans quoi s’est embarquée Madina ?

– Madina ? Cria Salma aussi

– Deux voitures sont devant ma porte en train de nous surveiller et je suppose que toi aussi ?

Rachid marche jusqu’à la fenêtre et remarque un 4*4 noire devant sa maison

– On dirait aussi, je vois une Mitsubishi noire devant les grilles. Je vais demander à Salih et ses gars de s’occuper de ça en attendant gardez Ibou chez vous, il pourrait réveiller les soupçons et demandez aussi à vos bonnes de parler à personne ! Dit Rachid, dépassé

– D’accord ! J’attends le coup de fil de Salih alors

– Que se passe-t-il Rachid ? Questionna Salma, le corps tremblant

– Madina a été retrouvée avec Kiné, elles sont dans une maison en construction pas très loin de chez Rahim ! Répondit Rachid

– Quoi ?

– Oui et apparemment nous sommes tous surveillés. Amène les enfants à l’école et moi je vais directement au bureau. Dit aux employés de ne parler à personne et de fermer toutes les portes !

– Je ne comprends rien mais prévient Cheikh au moins

– Ne lui dit absolument rien, con qu’il est, il serait capable de faire capoter les choses !

– C’est quoi ces histoires ? Rachid j’ai vraiment peur, dit-elle en pleurant

Il prend sa femme dans ses bras afin de la rassurer

– Ne t’inquiète pas ma chérie tout se passera bien In Sha’Allah  

Rachid composa le numéro de Salih et lui expliqua tout. Ce dernier leur demanda de vaquer normalement à leurs occupations, qu’il allait se charger de faire sortir Madina de cette maison. En bon chef, il composa immédiatement le numéro de Rahim et lui donna les mêmes indications qu’il a données à son patron puis il demanda à parler Ibou

– Restez chez Mr Diop jusqu’à ce que je fasse sortir Madina de cette maison, je crains qu’on vous suive si vous sortez de la maison. Dites-moi le numéro de la maison, s’il y a une porte de garage où on peut faire passer une fourgonnette pour faire sortir Madina de là ?

– Si vous voulez je vous passe le numéro de mon frère qui est sur place pour les garder, vous pouviez faire semblant de livrer du ciment et il vous ouvrira la porte du garage.

– C’est ce qu’on prévoyait de faire ! Merci Ibou, j’attends le numéro de ton frère A plus tard !

Une heure après une fourgonnette blanche se gara devant l’entrée de l’immeuble où se cache Madina. Salih sortit et enjamba les escaliers derrière le frère d’Ibou. Il trouva Madina assise sur un carton sa fille dans ses bras en train de pleurer, il s’avança doucement et s’accroupit devant elle

– Madina c’est moi Salih le chauffeur de Rachid, je suis venu te chercher pour vous amener à l’hôpital Kiné et toi, dit le garde rapproché de la famille Bathily, ému de voir Madina aussi dévastée

– Ils sont devant la porte et ils veulent nous tuer, répondit Madina le visage inondé de larme

– Personne ne te fera de mal, fais-moi confiance. Donne-moi la petite et accroche-toi à mon bras, poursuit-il essayant de prendre la petite

– Elle va mourir, elle ne bouge plus depuis tout à l’heure mais elle continue de respirer…

– Faisons vite alors ! Ne crains rien je suis là, rassura Salih en prenant Kiné dans ses bras

Ils descendent les escaliers et montent dans la fourgonnette qui démarre aussitôt. Salih avait reçu l’ordre de Rachid d’amener la petite à la clinique de l’entreprise. Une fois là-bas Kiné fut prise immédiatement en charge

Madina se sentit un peu mieux depuis qu’elle sait que Salih et ses hommes sont à ses côtés. Elle prend la main de Salih en pleurant

– Merci !

– Je t’en prie Madina, je ne fais que mon travail. Maintenant c’est à vous de nous aider, vous allez porter plainte pour que ces bandits cessent de vous harceler. Là ils surveillent toutes les personnes que tu as eu à fréquenter. Si tu es d’accord, j’appelle Mr Ndiaye Aziz, le mari de Marianne pour qu’il dépose la plainte au niveau de la DIC ! Proposa Salih

– Non je ne veux aucune plainte ! Salih ces personnes sont des bandits comme tu l’as dit ! Ils n’ont peur de rien ! Protesta Madina, catégorique

– Tant que tu refuses de porter plainte toutes les personnes qui t’entourent, seront toujours en danger. J’ai déjà pris des photos des voitures qui lorgnent la maison de Cheikh et sa maman et de tous tes amis. Si tu ne fais pas de plainte, ils continueront jusqu’à ce qu’ils te retrouvent

– Tu ne les connais pas !

– Je connais Habib et je sais qu’il n’en est pas à sa première affaire. Toutes les femmes qu’il épouse, finissent par disparaitre ou devienne carrément folle, de nombreuses plaintes ont été déposées par la famille des victimes et qui se sont retrouvées sans suite. Toi qui as eu la chance de t’échapper de cet enfer, tu peux porter plainte et dire tout ce qu’il t’a fait vivre, tu peux faire justice pour toutes les autres qu’on ne retrouvera certainement jamais !

– Salih tu ne comprends pas que cet homme est mystiquement puissant ! Personne ne peut rien contre lui !!!

– Il n’est et ne sera jamais plus fort que L’Unique, Le Très-Puissant Soubhnahou wa Ta’Ala ! Ragal ci wédi Ya’Allah la bokk ! Tu verras que dès que tu entameras la plainte, il ne sera plus rien du tout puisque ses amis puissants vont le fuir pour ne pas être impliqué dans cette histoire !

– Il a tué ma fille ! Il a tué Aicha ! Il a offert Kiné à un de ses amis pour qu’il la viole et cet ami je l’ai assommé hier avec une statuette en bronze et je ne sais pas s’il est mort ou pas ! Je ne sais pas qui m’a fait sortir de la maison mais je lui en serai éternellement reconnaissant !

– Tu veux porter plainte ? Questionna Salih

– Je ne sais pas !

– Fais-le pour ta fille !

Madina hésita, elle regarda Salih et ce dernier lui sourit…

– D’accord tu peux appeler tonton Aziz !

Salih se retira pour appeler Aziz qui était déjà à la DIC, la plainte a été rapidement prise en compte et quelques heures après, le juge avait ordonné l’arrestation d’Habib Mbengue

Les agents de la DIC se pointèrent chez Habib mais malheureusement la maison était vide même les employés avaient disparus et pareils pour les gars qui lorgnés la devanture des maisons des connaissances de Madina. Tout le monde avait disparu sans laisser de trace

– Je t’avais dit que ça ne servirait à rien ! Lança Madina dédaigneux

– Si, ça a servi à le faire fuir, il est en train de quitter le pays surement mais dis-toi qu’il ne t’embêtera plus jamais parce qu’il sait que s’il remet ses pieds au Sénégal, ça sera la fin de sa cavale !

– Je ne serai jamais tranquille de ma vie, il me poursuivra jusqu’à ce qu’il me rattrape de nouveau et Dieu seul sait ce qu’il me fera cette fois, dit-elle effondrée

– Il n’essaiera pas te retrouver parce qu’il sait que tu es protégée par la police Madina. Maintenant essaie de concentrer sur toi, sur ta fille. Essaies d’oublier même si ça ne sera pas facile mais essaie ! On était à ta recherche depuis des mois mais rien, Cheikh a failli nous bouffer cru…

– Pourtant je n’étais pas très loin de sa maison, on était juste derrière !

– Tu n’as même pas un petit doute de celui qui t’a aidé à t’enfuir ?

– Je ne sais pas ! En tout cas y a une employé qui s’occupait de ma fille quand je n’étais pas dans la chambre mais je ne pense que ça soit elle, je pense à un homme mais je ne peux te dire qui s’est !

Le médecin vint les retrouver et Madina se leva pour l’accueillir

– Elle va bien ma fille ? Demanda-t-elle essuyant ses larmes

– Elle va bien mais on va la garder en observation au moins 24 heures. Elle a une infection des amygdales ce qui a causé sa forte fièvre mais ne vous inquiétez pas elle ira beaucoup mieux d’ici demain In Sha’Allah. Là, elle est en train de se reposer et vous devriez faire pareil aussi, dit le toubib en me regardant de bas en haut

Je me regarde et je vois que je portais une robe de chambre et des pantoufles…

– Ne vous inquiétez pas je vais demander à Mme Bathily de vous apporter des habits propres

– Merci encore Salih, je ne sais pas ce que serait devenue ma fille sans votre aide. Merci beaucoup ! Dit-elle en pleurant

– Je t’en prie Madina, je n’ai fait que mon travail. Remerciez Ibou, Mr et Mme Diop et Mr Bathily ! Je rentre mais ne t’inquiète pas mes gars sont là pour vous surveiller. A demain certainement

– In Sha’Allah

Pendant ce temps Rachid avait fait appeler Cheikh dans son bureau. Ce dernier est arrivé et ne se doute une seule seconde de ce qui l’attendait

– Boy il est l’heure de déjeuner et tu me convoques ici, sortons au moins ! Rouspéta Cheikh en prenant place

– J’ai à te parler et c’est très sérieux alors écoute-moi bien !

– Qu’est-ce qu’il y a, tu veux prendre une deuxième épouse ? Sache d’avance que je ne ferais pas partie de la délégation qui ira demander la main de la fille et tu peux déjà commander ton linceul et le musc qui l’accompagne parce que Tata Salma va te tuer ! Mais boy qu’est-ce qui t’a pris ? Cheut tu vas mourir rek ndeysane…

Rachid regarda son cousin d’un regard sévère…

– Ok je me tais, ce n’est pas drôle !

– Ce que j’ai à te parler est trop sérieux ! Laissa-t-il sortir

– Je t’écoute ! Répondit Cheikh sentant son cœur battre très vite

– On a retrouvé Madina et Kiné ce matin !

Il bondit de sa chaise avant de se rasseoir les mains sur sa tête

– Elles sont mortes c’est ça ? Demanda-t-il laissant couler ses larmes

– Crétin ! Si c’était le cas je ne te ferais pas fait venir ici !

Elle leva sa tête et regarda bien son cousin

– Où sont-elles alors ?

Rachid se mit à tout lui expliquer, Cheikh jurait de tuer le mari de son ex-femme si jamais leur chemin se croise 

– Une chose est sûre Madina ne va plus revoir Kiné !!! Cria-t-il avant de sortir du bureau de Rachid

Bonne Lecture et à très bientôt In Shaa Allah ! 

Commentaire Facebook

36 commentaires on “Partie 08

  1. Fatima et kalifa un sketch ce couple.
    Pauvre madina Jesper que Cheick sera plus souple ses lui qui a amené madina a l hair

  2. J’ai l’impression de suivre un novelas nékhna…mala yeureum Madina… Fatima billay comme xalé ray nama😂😂😂

  3. mashallah très Belle partie. Ah Habib daw taxoul raw. Cheikh nak arrête stp. Madina t’a du pain sur la planche.

  4. Que cheick et sa famille prennent leurs responsabilités. Ce sont eux qui se sont mal comportés envers Madina. Ils sont responsables de ce qui arrivent à cette dernière et à bb kiné. Leur trahison et leur manque de confiance est la cause de tout. Que cheick murisse un peu f

  5. Cheick a raison de s’enerver mais quand il comprendra la situation dans laquelle Madina se trouvevait il aura plutôt pitié d’elle .

  6. Bonsoir Nana, Maya, c’est la 1ere fois que je laisse un commentaire et je vous dis juste bravo et merci.

  7. Habib ba dina bayi madina si diam j’aurais préferé que ces trucs sataniques retombent sur lui comme ça dotoul tal madina ….cheikh mom comencei tina …legui nak c’est à madina de recuperer son homme…la roue a tourné

Comments are closed.