mar. Sep 22nd, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

A bout de souffle – Tome 2 – Partie 20

14 min read

Madina Bathily

Je n’aime pas ce que je suis entrée de faire mais il faut que je sache. Je veux savoir ce qui s’est passé dans cette maison et comment ma fille a été tuée. Cela fait une semaine que je parle à cet inconnu sans que mon mari ne le sache. Il m’a promis de faire des enquêtes concernant la mort d’Aïcha et sincèrement je ne veux pas savoir comment elle a été tué mais pourquoi. Je ne sais que je dois tourner le dos à mon passé mais j’ai besoin de savoir, j’ai le droit de savoir.

 

Il est 15 heures à l’institut je m’occupe d’une cliente qui se mari. En général je ne travaille pas les week-ends mais Salma m’a suppliée de maquiller sa cliente pour son mariage et je ne pouvais pas lui refuser ça…

 

– Bonsoir ma chérie, dit Salma accompagnée d’une femme qui doit avoir la trentaine

 

– Bonsoir Salma ! Répondis-je

 

– Voilà ta belle du jour, future Mme Ndiaye, Sarata. Et voici Salma, ma belle-sœur et la meilleure maquilleuse de Dakar, ajouta-t-elle souriante comme toujours

 

– Arrête de me jeter des fleurs Salma, dis-je gênée. Enchantée Sarata venez-vous assoir et n’ayez aucune crainte vous êtes déjà sublime avec votre coiffure qui vous va à merveille d’ailleurs. Mais une petite touche de maquillage ne va rien gâcher au contraire Mr Ndiaye sera encore plus fou de vous au point de multiplier la dot, taquinai-je pour mettre à l’aise ma cliente

 

– Oh merci Madina. J’ai hâte de voir ce que ça va donner et je vous fais entièrement confiance ! Lança-t-elle en prenant place

 

Cette voix me dit quelque chose, je l’avais déjà entendue et même son visage. Je ne sais pas mais je suis persuadée qu’on s’est déjà rencontrés. Je la regarde encore mais rien ne vient. Je vais lui poser la question pour en être certaine…

 

– Excusez-moi Sarata mais j’ai l’impression de t’avoir déjà vue quelque part mais je ne me rappelle plus, dis-je fatiguée de réfléchir

 

Elle me dévisage pendant quelques secondes et j’ai l’impression qu’elle m’a elle aussi reconnue…

 

– Non, non je ne pense pas. Afin je ne rappelle pas ! Répondit-elle sèchement

 

 

Je finis avec une petite couche de mascara sur ses cils. Elle est magnifique ma cliente, son mari a beaucoup de chance en tout cas…

 

– C’est certain qu’Abdoul Aziz va augmenter la dot ! Bi niarell dou ay foo ! Etre deuxième femme n’est pas un jeu. Dit-elle en prenant son sac avec son amie qui vient de la rejoindre

 

– Abdou Aziz ? Demanda Salma les yeux ouverts

 

– Oui ma chérie, mon mari s’appelle Abdoul Aziz Ndiaye, laissa-t-elle sortir souriante

 

Je regarde Salma qui devient subitement pâle et qui a du mal à cacher son étonnement

 

– Abdoul Aziz Ndiaye, avocat ? Questionna encore Salma

 

– Oui ma chérie, tu le connais ?

 

– C’est l’avocat de mon mari, dit-elle le visage serré

 

La cliente comprend aussitôt et laisse sortir un sourire moqueur

 

– Je devine alors que vous êtes amies avec son épouse ? J’espère que ça ne gâchera pas nos relations ?

 

Salma sourit et se lève avec toute sa grâce

 

– Venez, je vous accompagne Sarata et je ne pense pas que j’entretiendrai avec vous des relations plus amicales que j’ai avec Mme Ndiaye qui est une sœur et j’espère que vous avez compris ? Sortit Salma

 

Elle les accompagne et revient le visage crispé. Elle ouvre son sac et sort son portable

 

– Rassure-moi, tu ne vas pas informer Marianne ?

 

– Non, ce n’est pas à moi de le faire ! Allô Rachid, tu es où ? Dit-elle téléphone à l’oreille

 

– …

 

– Ok j’arrive alors !

 

– Je voulais juste m’assurer que Rachid ne fait pas parti de la délégation qui va demander la main de cette fille ! Sortit Salma, dégoutée

 

– En tout cas Cheikh m’avait dit hier qu’un de ses amis se mari aujourd’hui et qu’il n’avait pas envie d’y aller, je suppose qu’il parlait d’Aziz ! Wa ki louko dall ? Mais qu’est-ce qui lui arrive ?

 

– Je ne sais pas mais telle que je connais Marianne elle ne doit pas être au courant de ce mariage. Je crains que cette fois mom elle va partir !

 

– Mane sakh je reconnais cette fille mais je ne sais plus où ? Je suis certaine d’avoir entendu sa voix quelque part et même son nom ! Je ne sais plus, j’ai mal à la tête à force de réfléchir. Bon, moi je rentre ! Dis-je en prenant mon sac et mon téléphone

 

– En tout cas je plains Marianne et je n’aimerai pas être à sa place !

 

– Moi aussi !

 

 

Je rentre à la maison épuisée, je retrouve mon mari dans la chambre en train de dormir. Je me déshabille et porte une petite robe avant de m’allonger à ses côtés…

 

– Tu es là ? Dit-il quelques minutes après son réveil

 

– Oui chéri, tu as bien dormi ?

 

– Alhamdoulillah, merci. Et toi comment ça était à l’institut ?

 

– Bien j’ai eu une cliente spéciale aujourd’hui. Devine qui j’ai maquillé pour son mariage ?

 

– Qu’est-ce que j’en sais moi !

 

– Hum… c’est qui ton ami qui se marie aujourd’hui ?

 

Il me regarde et devine immédiatement ce que je cherche à lui faire comprendre

 

– Ah tu es au courant. Tu connais Sarata ?

 

– Parce que toi tu la connais ?

 

– Ecoute ce ne sont pas nos ognons… prépare-toi, on dine dehors ce soir In Shaa Allah

 

– Ne fuis pas ma question Cheikh ! C’est qui cette Sarata ?! Insistai-je parce que je veux savoir

 

– C’est mon ex !

 

– Lane ?! Quoi ?!

 

– C’était avant mon deuxième mariage…

 

– Aziz louko dall ? Qu’est-ce qui arrive à Aziz ?

 

– Je n’ai pas envie de le savoir !

 

– Tu sais que Marianne n’est pas au courant du maria…

 

– Ce ne se sont tes affaires Madina ! Occupe-toi de ce qui te regarde, Cria-t-il en quittant le lit

 

– Et pourquoi tu t’emportes khana danga doyaloul ci Sarata ?

 

– Ne va pas sur ce chemin Madina. Je n’aime tout simplement pas m’occuper des affaires des autres et si j’en avais pas assez de Sarata, soit sûre que tu ne seras pas là aujourd’hui ! Ajouta-t-il énervé

 

– Ah oui ? Et comment ?

 

– Madina j’ai réservé une table pour nous trois pour ce soir alors va te préparer et prépare Kiné aussi. Je ne veux pas de dispute !

 

– Qu’est-ce que tu ne me dis pas Cheikh ?

 

– Je n’ai rien à te dire !

 

Il entre dans la salle de bain et en ressort quelques minutes après avant de quitter la chambre sans me jeter un regard. Je prends mon portable et envoie un message à Salma

 

‘’ Moi : Sarata est une ex de Cheikh !’’

‘’Salma : Et c’est pour cela que Cheikh n’est pas allé au mariage, d’après Rachid !’’

‘’Moi : Aziz savait que Sarata et Cheikh sortaient ensemble ?’’

‘’Salma : Oui et c’est Aziz qui les avait présentés… Ils se sont disputés parce que Cheikh lui a dit que s’il voulait qu’il accompagne il faudra qu’il en parle à Marianne et il a refusé ! Tout ce que je peux te dire c’est que cet homme pour ne pas citer son nom est un vrai salaud ! Je ne peux pas tout expliquer au phone… mais dall moy lolou !’’

 

C’est quoi encore cette histoire ? Thieuy les hommes, toujours eux ! Je me lève moi aussi et prends une douche vite fait avant d’aller prier. Je pars ensuite chercher ma fille qui jouait dans sa chambre…

 

Nous sommes arrivés au restaurant vers 20 heures et la salle était pleine à craquer…

 

– Tu es toujours fâché mon amour ? Demandai-je pour casser l’ambiance vu que M. tire toujours la tronche

 

– Non Madina je ne suis pas fâché tu as juste le don de me faire sortir de mes gongs. Je vois que tu ne me fais toujours pas confiance et Dieu sait que j’ai changé, dit-il en donnant une cuillérée de glace à Kiné

 

– Tu me connais Cheikh, je suis jalouse de nature…

 

– T’ai-je donné des raisons d’être jalouse ?

 

– Non mais comme je t’ai dit que c’est ma nature. Toi aussi la dernière tu m’as fait une crise parce que je t’ai dit que l’homme qui m’avait sauvé a dit qu’il allait me protéger !

 

– D’accord Madina un point pour toi mais s’il te plaît focalisons-nous sur notre avenir… 

 

Mon portable signale un message, je vois le nom de Salma et une photo. J’appuie et tous mes souvenirs me reviennent. Je n’avais pas faux quand je disais reconnaitre cette Sarata. La photo est prise dans un site internet, elle disait  ‘’Le célèbre avocat Me Ndiaye a épousé la belle Sarata Samanka gynécologue très réputée à l’hôpital principale de Dakar’’

 

Une blouse blanche sur laquelle était écrit un nom, Mme Samanka… sa voix quand elle disait que y avait plus de battements, bébé était déjà mort. C’est elle, je ne me suis pas trompée, c’est elle qui m’a opérée cette nuit. Je le savais… mes larmes coulent et je commence à trembler. Pourquoi tout d’un coup les proches d’Habib reviennent dans ma vie ?

 

– Que se passe-t-il Madina ? Demanda Cheikh inquiet

 

– Je veux rentrer s’il te plait !

 

Il paie l’addition et nous ramène à la maison sans poser de questions. Il m’aide à prendre une douche puis il me couche sur le lit en silence…

 

– Cette Sarata est la gynécologue qui m’avait opérée à l’hôpital principal ! Dis-je faiblement

 

– Quoi ?!

 

– Oui Cheikh. Elle a fait semblant de ne m’avoir pas reconnue par contre moi, je savais que je l’avais déjà vue quelque part. Pourquoi ils reviennent comme ça dans ma vie ?

 

– Non Madina c’est juste par pur hasard. Ça n’a rien à voir avec ton ex-mari !

 

– J’ai peur Cheikh…

 

– Shut ma chérie et essaie de dormir. Je ne laisserai personne te faire du mal !

 

 

 

 

 

 

 

Tamara Diop

 

J’étais entrée de plier les habits de mon mari qu’il vient de jeter sur le lit avant d’entrer dans la salle de bain. Il était parti au mariage d’un de ses amis et bizarrement, un ami de mon mari que je ne connais pas. Mon portable sonne et je vois un message de Marianne, la pauvre ça ne va pas ces derniers jours avec son mari. Mon cœur rate un battement quand je lis le contenu du message. Je n’ai pas pu retenir mon cri, j’étais surprise et dégoutée. Elle m’a envoyée les photos du mariage de son mari qu’elle a vu sur Facebook inséré d’un message qui dit ‘’Cette fois-ci, je m’en vais’’. Je l’appelle pour la troisième fois et tombe sur la boite vocale.

 

Je fais les cent pas dans ma chambre, inquiète. Je viens de comprendre l’attitude bizarre de mon mari ces derniers jours et ce fameux mariage de son ami. Il a cousu un Bazin trois pièces spécialement pour ça. Ki mo meune fenn ! Je sors du tiroir une paire de ciseau et m’assoie sur lit. Je prends le boubou et le découpe en petit morceau, je fais pareil avec la deuxième pièce…

 

– Wa Tamara qu’est-ce que tu fais comme ça ? Cria-t-il en sortant de la salle de bain

 

Je fais comme si je ne l’avais pas remarqué et continue de tailler le pantalon

 

– Tamara yaw khana danga dof, tu es devenue folle c’est ça ? Continua-t-il fou de colère

 

– Yaw lane ngay fenn ? Pourquoi tu mens ? Dis-je tranquillement en croisant mes jambes

 

– Hey Tamara douma sa morom ! Je ne suis pas ton égal !

 

– Tu la fermes ! Amo lo wakh !

 

Il comprend très vite que je suis au courant de ce qu’il est allé faire et il recule de deux pas en regardant le ciseau entre mes mains

 

– Attends je t’explique… je n’avais pas le choix !

 

– Tu n’avais pas le choix de quoi ? De mentir ou de trahir Marianne de cette sorte ? Yaw yama bett deugeu !

 

– Je n’ai pas trahi Marianne…

 

– Ohoooo mbéppééé ! Vous n’êtes qu’une bande d’ingrat et de sans cœur ! Personne ne vous interdit de prendre une deuxième épouse si vous le souhaitez mais avec la manière. De manière civilisée ! Tu crois que Marianne mérite ça ?

 

Il baisse la tête debout de l’autre côté…

 

– Toi, qui étais là à leur début tu es au courant de la manière dont il a épousé Marianne ? Le chemin qu’ils ont parcouru  pour arriver jusqu’ici ? Rien que pour ça Aziz aurait dû avoir au moins un petit égard envers Marianne parce que c’est son épouse depuis plus de 30 ans et la mère de ses enfants ! Marianne n’est pas parfaite comme tout être humain mais elle a toujours respecté son mari et toute sa vie tournait qu’autour d’Aziz ! Tout le monde disait qu’elle avait peur de son mari mais non, elle le respectait tout simplement. Qui êtes-vous pour ne pas respecter vos épouses ? Ou dans le coran on a écrit que seule la femme doit respecter son mari dans le mariage ? Dites-nous où est-ce qu’il est écrit seule la femme doit supporter les caprices incessants de son époux ? Sunu lenn di mougneul ngir dieum Ya’Allah la ak sakou barké et vous prenez cette soumission pour de la faiblesse ! Rahim j’ai mal pour ma copine pas parce qu’elle va partager son homme désormais mais parce qu’aucune femme ne mérite ça ! Dis-moi Marianne mérite-t-elle d’apprendre sur Facebook le mariage de son mari ? L’homme avec qui elle a passé 30 années de sa vie ?

 

– S’il te plait Tamara…

 

– Nopil la wakh ! Tu demandes pourquoi je passe ma colère sur toi, c’est ça ? Parce que sou Aziz nitéwoul yaw nga nekk nitt ! Tu es son ami, tu étais au courant de ses intentions, tu aurais pu le conseiller au lieu de l’encourager à faire cette bêtise…

 

Il lève la main demandant sûrement s’il avait droit à la parole

 

– Chut tay ma wakh ! Tu es pire que lui sakh tu aurais dû t’opposer à cette bassesse. C’est juste de la méchanceté, vous êtes des monstres, des sangsues ! Lou Ya’Allah bindeu yenna ci yess !

 

– Tu as raison mais je ne pouvais pas refuser de l’accompagner !

 

– Ani sa foula ? Tu as peur de lui c’est ça ? Tu m’as déçu Rahim, je n’aurais jamais cru que tu faisais partie de ce type d’homme ! Niak Koleuré ak ignane simmm !

 

– Comprend-moi Tamara, je ne pouvais pas refuser d’accompagner mon meilleur ami…

 

– Meune ngenn wakh ni ay dioulit ngenn, di diouli wakhtou diouli yeup, di guéné assaka, di worr, di dém Makka wayé senn akh diabar yi niolenn nara dougal safara ! Vous pouvez dire que vous êtes des musulmans, vous ne manquez aucune prière de la journée, vous donnez l’aumône et sortez la Zakat, vous jeûner les mois de Ramadan et vous êtes partis aussi à la Mecque mais c’est votre comportement envers vos femmes qui vous conduira en enfers ! Vous n’avez aucune pitié envers vos femmes et le Bien-Aimé Sallaalah ‘Aleyhi wa Salam disait Mawada wa Rahma, l’amour est miséricorde mais vous vous ne connaissez pas ce que c’est la miséricorde ! Yalnalenn Ya’Allah yeureum ! Qu’Allah ait pitié de vous !!!

 

Mon portable sonne, je cours répondre croyant que c’était Marianne mais non, c’est sa fille Zeynab

 

– Zeynab que se passe-t-il ?

 

– Tata nous sommes inquiets. Maman est sortie il y a plus d’une heure, elle ne portait qu’un peignoir et elle a pris son portable et ses clés de voiture. On l’appelle depuis tout à l’heure mais on tombe sur la boite vocale, expliqua-t-elle inquiète pendant que mes larmes coulaient

 

– Calme-toi ma chérie ta maman est avec moi d’accord, sert le diner et mangeait. Elle va rentrer plus tard In Shaa Allah, mentis-je juste pour les rassurer

 

– Ah merci tata, j’ai fait mieux de t’appeler alors. A tout à l’heure alors

 

– Oui ma chérie. Bisous

 

Je raccroche et tombe sur le lit. Rahim se précipite vers moi et me demande ce qu’il se passe. Je me lève et essuie mes larmes

 

– Quand vous faites des conneries, pensez à la santé mentale de vos épouses ! Marianne est sortie de chez elle avec qu’un peignoir sur elle, son téléphone et les clés de sa voiture ! Dieu seul sait qu’elle genre de bêtise elle est allée faire !

 

Je la supplie une dixième fois de décrocher mais je tombe encore sur la boite vocale. J’exige à Rahim d’appeler son crétin d’ami et de mettre l’appel en main libre

 

– Boy ta femme a disparu, tu es où ? Dit Rahim quand so ami décroche

 

– Pff je m’y attendais elle est juste capricieuse Marianne. Elle est sûrement quelque part en train de jouer à la folle mais…

 

– Crétin ! Ah oui, elle joue à la capricieuse ? Ok ! Je te donne une heure pour que tu me ramènes Marianne saine et sauve sinon lo senn rek mane la ! Diam you bone yi ! Espèce d’ingrats !

 

– Hey Rahim dit à ta femme de me respecter ! Lança-t-il en criant

 

– Aziz c’est sérieux Marianne est sortie de la maison avec un peignoir alors Dieu seul sait où elle peut être en ce moment, s’il te plait essaie de l’appeler, ajouta Rahim

 

– Je ne peux pas ! Je suis en route pour Somone avec Sarata…

 

Je raccroche le téléphone parce qu’il est évident que ce crétin ne va pas lever le moindre petit doigt pour chercher sa femme…

 

Une heure du matin aucune nouvelle, je ne pouvais pas dormir Rahim non plus. J’allais me lever pour me chercher de l’eau quand mon portable sonne encore. Je regarde et c’est le numéro de Marianne, je décroche les mains moites et c’est une voix d’homme qui répond

 

– Allô Marianne tu es où ? Répondis-je les larmes aux yeux

 

– Mme je suis désolé de vous appeler à cette heure mais c’est pour vous informer que le propriétaire de ce portable à fait un accident à la sortie de l’autoroute à péage et elle est actuellement à l’hôpital de Grand-Yoff, dit-il calmement

 

– Elle n’est pas morte !

 

– Non Mme quelques blessures mais elle va s’en sortir In Shaa Allah !

 

Il raccroche, j’éclate en sanglot dans les bras de mon mari.

 

– Chut ma chérie, elle n’est pas morte d’après le monsieur alors prions rek ! Vient on va aller la voir

 

Nous arrivons à l’hôpital de Grand-Yoff vers deux moins. Nous trouvons Marianne aux services des soins intensifs. Nous n’avons pas le droit d’entrer dans la salle, on la voyait de loin derrière les vitres le visage complétement bandé et les deux mains dans le plâtre. C’est certain, je vais tuer Aziz !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire Facebook

19 commentaires on “A bout de souffle – Tome 2 – Partie 20

  1. Pour moi li aziz tayouko srx fimou diarak mariane yeup non mounoul nekk en plus je ne fait confiance à sarata du tt peut être qu’elle est un amie de habib

  2. Non Aziz mi warone na changer prenom, et le pire il s’en fout hein! No gora bonn! Sougnlay dohane kom ay esclaves sa kanam, une fois conquise, ils se transforment en maitre sans pitié siiim
    Merci nana💚

  3. Noooo Aziz ma laissé san voix avk tout c ke mariane a fai pour lui acceptée de se marier avk lui San le conaitre vécue avk lui 30 ans se mariage c vrement méchant de sa par mai sarata va lui chauffe la vie

  4. Moi j’attendaia de toute impatience Fatima et notre Oustaz. Mais Aziz m’a laissé sans voix, perplexe. Comment peut-on faire cela à une femme qui nous consacrait toute sa vie? Comment peut-on faire cela avec une feme avec laquelle on a vécu pendant 30 longues années, jour pour jour. Il n’y a qu’un sans coeur qui peut être capable d’une telle bassesse. Aziz, tu me dégoutes.
    Et pourtant, dans le tome, c’était presque la symbiose entre eux deux, ingrat

  5. No comente Aziz m’a laissé sans vw
    Kanta tw Madina méfie tw de cet inconnu mm s’il t’a sové la vie
    Merci Nanounet 😘😘😘😘

  6. Aziz dal mo dayadi tay médina am n’a sokla je pense c’est un coup monté de toute pièce par Habib pour atteindre médina
    Man dal 🤔
    Hé la nana merci pou la suite je kiff grave 😍😘

    1. Aziz dal mo dawadi tay médina am na sokla je pense c’est un coup monté de toute pièce par Habib pour atteindre médina
      Man dal 🤔
      Hé la nana merci pour la suite je kiff grave 😍😘

Comments are closed.