mar. Sep 22nd, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Partie 19

15 min read

Madina Laliyah Bathily

Je suis couchée sur mon mari en train d’inhaler son odeur, je ne pensais pas qu’en si peu de temps il serait essentiel à ma vie. Il est devenu tellement indispensable à mon existence que je ne m’imagine pas une vie sans lui, une vie sans mon mari pour moi c’est impensable !

Je sens qu’il me sert très fort dans ses bras, je lève la tête et je vois qu’il me regarde amoureusement et mon cœur fond. Je suis folle de cet homme

– Je t’aime mon cœur, dis-je me collant encore plus dans ses bras

– Moi aussi mon amour n’en doute jamais !

– Jamais !

– Arrêtes de bouger comme ça sinon tu sais ce qui va s’en suivre !

– Et qu’est-ce qui va s’en suivre ? Demandai-je en faisant promener ma main un peu plus bas

– Ah oui ? Ok !

Il me renverse et se met sur moi, j’essayais tant bien que mal de ne pas me laisser faire mais il était un peu plus fort et il se passa encore ce qui devait se passer. Il m’a encore fait l’amour et c’est toujours comme si c’était la première fois qu’on se découvrait.

Je me tourne de l’autre côté du lit épuisée, je sentais le sommeil me gagnait peu à peu

– Mon cœur lève-toi n’oublie pas Rachid et Salma viennent déjeuner, dit mon mari en sortant de la salle de bain

– Oui mais je peux dormir une trentaine de minutes au moins, je suis hyper fatiguée !

– Non mais qui va faire la cuisine alors ?

– J’ai déjà commandé de la paella et tout ce qui l’accompagne, répondis-je fermant les yeux

– Commander encore ? Tu te fous de moi c’est ça ? La dernière fois quand je recevais mes collègues tu as commandé et aujourd’hui aussi mais c’est quoi ton problème finalement ?

– Sheut Cheikh si je n’ai pas envie de cuisiner je fais quoi ? Je suis fatiguée et je veux me reposer les dimanches, tu devrais éviter d’inviter tes amis les dimanches aussi !

– Ah oui mes amis ? Je te signale que c’est aussi ta belle-famille et tu peux au moins faire l’effort pour aujourd’hui d’entrer dans la cuisine et leur faire plaisir ! A chaque fois qu’on passe la journée chez Salma c’est elle qui prépare mais toi on dirait que tu ne sais rien faire avec tes deux mains ! Je ne veux pas qu’on se dispute mais tu vas me faire le plaisir de te lever et d’aller préparer le déjeuner !

– Tu n’as pas entendu ce que j’ai dit Cheikh ? J’ai déjà commandé !

– Cette commande tu vas la manger seule mais pour ce qui entre dans mon ventre et ce de mes amis tu vas le préparer et je ne vais pas le répéter ! Cria-t-il cette fois

– Pour ça il faudrait que j’aille faire les courses et je n’ai pas envie de sortir de cette maison aujourd’hui la prochaine fois je vais préparer je te le promets mon cœur, maintenant laisse-moi dormir un peu !

– Tu n’as pas bien entendu Madina ou tu le fais exprès ? Je veux que tu te lèves de ce lit et je ne veux pas savoir où tu vas faire tes courses mais tu vas me faire le plaisir de préparer cette paella toi-même et de les servir à tes hôtes !

– Yaw nak khamo sa bop ! Depuis tout à l’heure j’essaie de négocier et toi tu fais le difficile maintenant viens me forcer à faire la cuisine !!!

– Je ne vais même pas en reparler Madina si cette commande entre dans ma maison je te jure tu vas le regretter !

– Oh my God et qu’est-ce que tu vas me faire ? Wakhal way !

– Oui joues à l’insolente comme toujours ? Je ne badine pas maintenant tu sais ce qui te restes à faire !

Je lui lance un tchip bien fort avant de rabattre la couette sur moi. Je sais très bien qu’il est sérieux dans ses menaces mais j’ai envie de lui faire sortir un peu de ses gongs ça fait un bout de temps que l’on ne s’est pas disputés. J’ai tout fait la veille, il reste plus qu’à cuisiner alors je vais prendre mon temps et dormir un peu avant d’entrer dans la cuisine

Une heure après je quitte le lit. Je prends une douche chaude et fais en même temps mes grandes ablutions, je mets robe en pagne « taille gabonaise » avant de sortir rejoindre mon mari dans le salon. Il avait le visage tellement renfrogné qu’il faisait peur à regarder

– Mon bébé maman est là, dis-je à la petite Kiné assise sur les cuisses de son père

– Ba-ba maaa, expliqua-t-elle dans son langage

– Oui mon bébé répète avec maman, ma-ma

– maaam, da-da

– Cheikh tu ne trouves pas qu’elle met du temps à parler normalement elle devrait commencer à parler un peu, questionnai-je à monsieur mon mari qui avait le visage en feu

Il ne me regarde même pas et se lève pour prendre sa fille avant de quitter le salon sans un seul mot. Je me fais du café et j’entre dans la cuisine pour commencer ma paella

Il me retrouve trente minutes, il était surpris quand il m’a vu en train de découper les poivrons

– Tu as de la chance, dit-il menaçant

– Oh chien de garage tout le monde sait qu’il aboie seulement il ne mord jamais !

– Et c’est qui le chien de garage ici ?

Mieux vaut que je le ferme cette fois sinon ça va partir en couille pour de vrai et quand il s’y met réellement personne ne pourra le calmer

– Mon cœur, je taquinais juste j’avais déjà tout préparé et…

– Madina c’est qui le chien ?

– Je ne te parlais pas Cheikh, dis-je sur la défensive

– Et tu parlais au réfrigérateur peut-être ? Li lay wakhati sa réwandé gui ?! Je ne suis pas ton égal la prochaine fois que tu me parles comme ça je te jure tu sauras comment se comporte un chien de garage !

Li nak lanou nane ayy dou yame ci bopp borom ! Une dispute ne se limite jamais sur celle qui la cherche. Je ne suis pas très forte en excuse mais je ferai mieux de ne pas répliquer

– Tu as entendu Madina ?

Si tu t’attends à des excuses tu peux courir mon cher mari, je ne m’excuse jamais ça tu devrais le savoir

– Oui j’ai entendu !

Il a attend encore quelques secondes voulant sûrement des excuses mais je fais la muette continuant de couper mes poivrons. Il sort finalement sans aucun mot de plus

– J’aurai aimé être un homme, c’est tellement facile de se croire important !

Je finis tout ce que je devais faire, j’ai déjà mis le riz il ne reste plus qu’à attendre que ça cuit.

J’entre dans ma chambre pour prendre une douche, je trouve mon mari en train de suivre un match

– Où est Kiné ?

– Elle dort dans sa chambre, répondit-il toujours grognon

Je laisse tomber ma robe, je n’avais qu’un soutien-gorge comme dessus, il me regarde l’air choqué puis il retourne ses yeux sur l’écran. J’avance lentement devant lui et arrivé jusqu’à son niveau je me jette à genoux entre ses jambes

– Qu’est-ce que tu veux ? Questionna-t-il la voix tremblante

– Rien de mal juste ça…

Je dirige ma main sur sa taille, je relève son polo et je tire sur son bas jogging avant de glisser ma main à l’intérieur de son boxer. Il jette sa tête à l’arrière et ouvre bien ses narines, je continue mon petit jeu avec son membre pendant qu’il étire ses membres comme s’il était stressé. Je le sors enfin…

– Tu es toujours fâché mon cœur ??

Il fait non de la tête la bouche tremblante, il en avait envie mais moi je voulais juste m’amuser avec son truc là

– S’il te plaît ? Supplia-t-il posant sa ma main sur ma tête

Je finis par prendre pitié de lu et je le prends en entier pendant que lui il laisse échapper un cri

– Qu’est-ce que tu as dans la bouche ?

Chi lolou secret la mon mari. C’est un secret !

Je finis ce que j’avais à faire et me lève pour rejoindre la salle de bain.

Je finissais de m’habiller et je sors du dressing je tombe nez à nez sur mon mari et il sourit, ah qui peut m’aider à comprendre mon mari ?

– Tu avais quoi dans la bouche Madina ? Demanda-t-il encore

– Tu ne le sauras jamais mon amour, ça c’est mon secret ! Répondis-je avant de lui tourner le dos

Ce qui est sûr c’est qu’il ne me lâchera pas au moins pour 24 heures. Ce n’était pas une bonne idée ce petit secret

Salma et tonton Rachid arrivent quelques minutes après, la tension était palpable en eux

– Et Khalifa il est toujours à Dakar ou il est rentré à Gaya ? Demanda Cheikh

– Il est toujours à Dakar Oumou lui a donné un mois pour qu’il reste avec sa nouvelle épouse, affirma tonton Rachid

Salma lance un de ses tchip j’aurai juré qu’elle n’est pas d’accord avec ce mariage.

– Qu’est-ce qu’il y a Salma, tu n’es pas contente de ce que Oumou a fait ?

– Khalifa est tout sauf juste ! Oumou nak mom je n’ai pas de mot pour qualifier l’absurdité qu’elle a commise ! Sortit Salma énervée

– Mais Fatima n’est pas ton amie ?

– Elle l’était !

– Mais qu’est-ce qui te prend Salma, Fatima n’est pas ta coépouse mais celle de Oumou Salamata, dit Cheikh

– Oui mais je ne veux avoir aucune relation avec les voleuses de mari !

– Que cette phrase reste dans ta bouche si jamais tu la sors devant Khalifa ou sa femme, tu le regretteras, cracha tonton Rachid le visage très serré

– Je ne suis pas une hypocrite moi je vais le dire à Fatima, elle n’aurait jamais dû accepter ce mariage !

– Mais de quoi je me mêle ? Cria Rachid

Hiii une dispute conjugale chez nous ? Je ne savais pas que Salma était si jalouse

– Je me mêle de ce qui me regarde, si j’avais su qu’en acceptant que Samira vienne chez moi avec son amie qu’elle allait poser ses yeux sur Khalifa jamais elle ne mettrait ses pieds chez moi et même, si elle entretenait une relation avec Khalifa elle n’avait pas le droit de me le cacher parce qu’ils se sont connus chez !!! Appuya Salma furieuse

– Mon Dieu Salma depuis quand tu es comme ça ? Ce mariage c’était bien avant ta naissance et je pense qu’après tout ce Khalifa a fait pour toi tu n’as pas le droit de te comporter comme tu le fais avec sa nouvelle femme même si tu es amie avec Oumou tu n’as aucun droit de t’immiscer dans ses décisions et encore même si Oumou Salamata n’avait pas donné son accord concernant ce mariage sera scellé si Khalifa le décide ! Le jour où moi aussi je vais prendre une deuxième épouse, je vais te le dire oui mais ça ne sera pas pour te demander ton avis mais juste parce que j’estime que tu as le droit de savoir…

– Ce jour-là tu vas mourir ou c’est moi qui vais mourir !!! Hurla Salma poignardant le col de son époux

Laylaaa Salma est vraiment fâchée

– Oh oh doucement, chuchota Cheikh

Tonton Rachid réussit à enlever la main de sa sur son col, il lui empoigne fermement le bras avant de se diriger vers la sortie sans dire au revoir

– Cheikh que va faire tonton Rachid à Salma ? Il est sortie très furieux, regarde le sac de Salma est là et le déjeuner qui va le manger ?

– Je ne sais pas et à vrai dire je ne veux pas le savoir !

Il se baisse et me porte, je criais pour qu’il me dépose mais c’est comme si je parlais à un sourd

– Ce que tu avais dans la bouche tout à l’heure va te coûter cher, femme !

– Je t’en supplie Cheikh, tu ne me lâches pas depuis ce matin, dépose-moi et je vais voir où en est la cuisson du déjeuner, tamit !

– Yako sombi chérie, nane ko rek ! Tu l’as cherché non ?

Et effectivement, je l’ai payé cher, le lendemain il ne m’a lâché que pour aller au travail. J’ai pris mes jambes à mon cou quand je l’ai vu débarqué à la boutique, je suis sortie en courant, j’ai sauté sur ma voiture direction la boutique de Salma mais je ne l’ai pas trouvé sur place, son assistante m’a dit qu’elle n’était pas venue et quand j’ai tenté de la joindre sur son portable, il était éteint. J’ai pensé aller la voir chez elle mais je ne voulais pas paraître indiscrète alors je suis allée chez ma belle-mère, je lui ai dit que j’avais mal à la tête que je voulais me reposer, j’ai embrassé Kiné et je suis allée me coucher dans notre ancienne chambre mais la surprise Cheikh était déjà à l’intérieur et on dirait qu’il m’attendait. J’ai ouvert immédiatement la porte te je me suis enfermée dans la chambre d’en face. Il ne va pas me tuer aussi…

Quelques jours après, je reçois un appel de Lamine qui mettait au courant de son mariage avec une de ses cousines et ça fait l’occasion, ça fait longtemps que je ne suis pas allée à Saint Louis bien avant la naissance de Kiné. Je range mes affaires et passe prendre ma fille chez maman avant de rentrer chez moi

Après le dîner on se met devant la télé en train de suivre un film, je décide de ce moment pour demander la permission à mon mari

– Sangue-bi, dis-je en caressant sa tête

– Hun…

– Lamine a appelé quand j’étais au bureau et il m’a dit qu’il va se marier ce dimanche, je me suis dit qu’on pouvait y aller avec Kiné comme ça ma famille la verra

– Non pas question !

A chaque fois que je parle de partir voir mes parents sa part en couille, il dit niet mais cette fois mom je ne vais pas le laisser faire

– Cheikh tu te rends compte que Kiné n’a vu que deux fois ma mère et elle ne connaît pas les autres membres de ma famille. Depuis sa naissance tu ne me laisses pas voyager

– A ce moment Saint Louis est trop chaud c’est la canicule Kiné ne supportera pas la chaleur en plus y a trop de moustiques, attendez la prochaine saison, on va tous y aller. On va y passer 15 jours maximum Incha’Allah et je ne veux pas que tu partes au mariage de ton ex

– Les moustiques sont partout Cheikh, c’est tout le temps les mêmes excuses à croire que tu ne veux pas que ma fille connaisse la famille de sa mère et je rappelle que Lamine était venu au mariage de son ex !!!

– Tu n’iras pas à ce mariage Madina et Kiné aussi elle est trop petite pour reconnaître les gens. Elle ne sait même pas encore parler correctement !

– Oui mais ça commence maintenant de toutes les façons je vais partir pour le mariage !

– Et qui va s’occuper de Kiné qui va l’allaiter ? Demanda-t-il

– Elle va venir avec moi Cheikh, on va y aller toutes les deux !

– Tu n’as pas entendu ce que j’ai dit Madina ? J’ai dit que ma fille ne va pas quitter Dakar et toi aussi d’ailleurs !!!

– Ah tu vas m’empêcher de partir voir ma famille Cheikh ? Depuis combien de temps je n’ai pas posé mes pieds à Ndar ? Cheikh que tu me donnes la permission ou pas je vais y aller !!! Criai-je décidée

– Ah oui ? C’est ce qu’on va voir ! Tu crois que je vais te laisser aller au mariage de ton ex ?

– Damay déme bamou nekh ! Je suis sûre que si c’était le mariage d’un membre de ta famille tu voudrais que j’y aille mais comme il s’agit de Lamine tu dis non, je ne vais pas te donner ce plaisir cher mari moi aussi j’ai une famille et elle compte beaucoup pour moi, j’ai des amis et ils comptent pour moi. Bou doul wone Lamine mane ak yaw dounou yekci fii !! Je vais y aller de gré ou de force, Cheikh, conclurai-je avant de quitter le salon

La veille de mon départ j’ai essayé encore d’en parler avec Cheikh mais il n’a pas changé de décision. Il m’a trouvé en train de faire ma petite valise et le sac de Kiné, il s’est encore mis à gueuler comme il sait si bien le faire

– Attends-toi aux conséquences de ton entêtement Madina !!!

– Si tu as l’intention de me libérer Cheikh, dis-le moi et je vais en parler à mes oncles une fois à Saint Louis mais ma fille reste avec moi !!!

– Ah oui Madina ? D’accord !!!

Nous sommes arrivées le lendemain vers 11 heures, tout le monde était surpris de me voir arriver avec ma fille. Même j’avais le cœur en miette j’étais contente de retrouver ma famille.

Le dimanche j’ai passé la journée chez Lamine. J’ai laissé Kiné avec ma mère qui depuis mon mariage ne s’entendait pas bien avec la famille de Lamine. Cheikh ne nous a une seule fois pas appelé, je me demande comment il va ? Je lui ai envoyé un message ce matin avant de partir pour lui dire que ma fille et moi allons bien. J’ai cru qu’il allait m’appeler mais il ne l’a pas fait. Je ne sais pas si ces menaces de me répudier étaient sincères ou c’était juste pour me faire changer d’avis mais tout ce que je sais c’est que j’aime mon mari et je ne pense pas supporter une séparation, ni avec lui ni avec ma fille…

Vers 20 heures après l’arrivée de la mariée, j’ai eu un très mauvais pressentiment. Je ne sais même plus ce qui se passait au tour de moi. Je voulais juste rentrer à la maison et prendre ma fille. Je dis au revoir aux jeunes mariés en donnant mon cadeau à tous les deux, une parure en Or à la femme de Lamine et une enveloppe pour Lamine.

Arrivée à la maison j’y ai trouvé beaucoup de monde, j’ai vite enlevé mes hauts talons et je me suis dirigée vers la foule

– Que se passe-t-il ici ? Criai-je sentant que je ne vais pas aimer la réponse

– Je ne sais pas comment te le dire ma fille ? Dit ma mère en pleurant

– Maman où est Kiné ?

– Je ne sais pas, je suis sortie accompagner une amie alors qu’elle dormait dans la chambre et à mon retour je ne l’ai pas trouvé dans la chambre ainsi que vos affaires, on a tout pris !

Je ne sais pas ce qui s’est passé par la suite. Je me suis réveillée dans la chambre et je me suis rappelée de ce qui s’est passé, j’ai demandé où était ma fille et aucune réponse. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit, je suis restée assise sur un banc fixant un point. Je ne pleurais même plus, je crois que je suis en train de devenir folle

Il faisait jour, tout le quartier était encore là même Lamine. Je ne pouvais pas ouvrir ma bouche même quand la police est passée pour me poser des questions je ne pouvais pas répondre. Je ne savais même pas quoi dire

Une heure après je vois Cheikh, maman, Salma et tonton Rachid je me suis levée espérant trouver du réconfort auprès de mon mari mais il m’a poussé violemment

– Pries pour qu’il n’arrive rien à ma fille sinon je te je jure que je vais te tuer de mes propres mains !!! Avait-il crié

Si ce n’était Rachid et Lamine je crois qu’il se serait jeté sur moi…

 

 

 

 

Bonne Lecture !

Commentaire Facebook