dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Plan B – Partie 04

5 min read

Oumou Salamata

 J’étais debout dans la chambre ne sachant pas quoi faire. Je vois mon portable sonner encore, c’est Fatima.

– Fatima je te rappelle plus tard, dis-je sentant mes yeux piquer

Je sors de la chambre et demande après mon mari, on me dit qu’il était à la mosquée. Je retourne dans la chambre pour prier moi aussi.

Je ne sais pas ce qui m’a pris wayé soula Ya’Allah naré werr rek. Je n’ai pas bien regardé quand j’entrais dans la chambre. J’ai continué de prendre des nouvelles de Fatima après le mariage de ma fille. On s’entendait régulièrement aussi quand elle était à Paris. C’est moi qui ai eu l’idée du Plan B et je ne lâcherai pas tant qu’Imam ne reprendra pas Fatima.

Je connais mon mari s’il a répudié Fatima c’est parce qu’il en avait assez de son comportement mais aussi parce qu’elle s’en est prise à moi, ce jour là où elle m’a chassée de chez elle. Ils ont fait plus de trois ans de mariage et le comportement de Fatima ne l’a jamais dérangé au contraire je trouve même que ça l’amusait. Imam est très patient, il ne s’énerve que rarement, il n’aurait jamais répudié Fatima si elle ne m’avait pas attaquée. En plus il faut juste être aveugle pour ne pas voir que ces deux-là s’aiment comme des fous. C’est mon homme même s’il est difficile de l’admettre, il a Fatima dans la peau et moi tout ce qu’Imam veut, je le veux. C’est son bonheur qui m’importe et je sais qu’il ne sera totalement lui que lorsqu’il retrouvera sa Fatima. C’est mon devoir en tant qu’épouse de veiller au bonheur de mon mari mais aussi en tant que mère parce que Harouna a besoin de ses parents. Je veux que cette famille soit une et indivisible, c’est mon combat. Je ne lâcherai pas ! Pour le moment mom faut que je calme imam, il ne se fâche pas souvent mais quand il s’y met affairou dof lakay def nak !

Il est 18 heures, toujours pas l’ombre de Imam mais je ne décourage pas. J’ai fait du bon ‘’ndiarou sow’’ (lait caillé) il en raffole. Il n’est venu qu’après la prière d’Isha. Il s’assoit sur le tapis de prière avant de tirer son chapelet noué sur son poignet… je m’assois à côté de lui et lui donne un bisou bruyant sur son front

– Tu sais que tu es ma raison de vivre, n’est-ce pas ? Murmurai-je en lui caressant la main droite

– Je ne suis pas d’humeur Oumou ! Grogna-t-il le visage grave

– Je sais Kaw et tout est de ma faute, s’il te plait pardonne-moi ! Mala togne balma !

– Oumou tu m’as toujours respecté et je veux que cela ne s’éteigne pas ! Je sais que tu penses toujours bien faire mais je veux que tu te mettes en dehors de cette histoire ! Je ne suis pas prêt de reprendre Fatima alors votre complot là pour me faire tomber, ne fera aucun effet ! Et mêles-toi de ce qui te regarde compris ?

– Je suis désolée Kaw mais je trouve que tu es dur avec toi-même. Imam c’est moi ton épouse qui te dis que tu es fou amoureux d’une autre femme et tu oses dire le contraire ? Tu ne m’as pas demandé mon avis quand tu répudiais Fatima, c’est deux jours après que tu m’as informée. Tu te souviens de ma réaction ? Fatima loumou sikk, sikk mom nga beugeu que tu le dises ou non !

– Dafa rew ba dof ! Elle est trop indisciplinée ! Si elle était au moins comme toi, elle serait encore mon épouse !

– Lolou mola ci ray ! C’est pour cela que tu l’aimes ! Imam si tu penses que les femmes se ressemblent nakh nga sa bopp. Nous n’avons pas reçue la même éducation. Tei gneup meunou niou mell ni nga beugue c’est à toi de savoir tolérer. Fatima n’est pas mauvaise, elle à un sale caractère c’est vraie mais ça ne fait pas d’elle une mauvaise femme. Je t’en supplie Imam laisse ton orgueil de côté et reprend ton épouse pour l’amour de Dieu, pense à Harouna, il a besoin de grandir avec ses parents…

– Oumou qu’est-ce que je viens de dire ? Si tu veux te retrouver à la place de Fatima nga wakh ! Laissa-t-il sortir en colère

– Tu vois, tu me fais dire des bêtises ! Ajouta-t-il essayant de rectifier sa dernière phrase

– Tu es en colère contre moi ou contre Fatima !

– Sors de cette chambre Oumou !

– Tu me demandes de sortir de notre chambre ?

Il se lève pour sortir et je fais de même avant de me coller à lui en serrant mon étreinte

– Calme-toi Imam, chuchotai-je en tapotant son dos

– Tu sais que je ne peux pas me fâcher contre toi mais arrête avec cette histoire, dit-il répondant à mon étreinte

– Je vais arrêter que lorsque tu iras reprendre Fatima, la mère de ton benjamin. Imam

Il ne dit rien mais je sais qu’il sourit. Il renverse ma tête et m’embrasse…

– Tu ne lâches pas ?

– Jamais, tu sais que j’adore Fatima et c’est la seule que je peux accepter comme coépouse !

– Ah oui ? Tu veux me dire que tu sais quelque chose ?

– J’attendais que tu m’en parles kaw mais puisque tu soulèves ce sujet mane mom bala ma approuver dara Fatima dougat ci keurgui ! C’est ma seule et unique condition Sow ! Dis-je certaine que Fatima n’acceptera pas une autre femme

– Tu me fais chanter là !

– Exactement Kaw !

– Hassanatou fera une excellente épouse !

– Je n’en sais absolument rien, sama bop rek la xam !

– Hum tu ne serais pas jalouse guidélam ? Questionna-t-il avec un sourire moqueur

– Très jalouse même ! Ya’Allah deugeu rek la beugeu !

– Arrête de bouger comme ça, sortit-il la voix rauque

– Sinon ?

– Je te punis !

– Je n’attends que ça mais avant faut que j’aille servir le dîner. Promets-moi que tu vas reprendre Fatima ?

– Je ne peux rien te promettre mais je vais épouser Hassanatou !

– Kone bakhna !

– Tu es fâchée ? Osa-t-il demander

– A ton avis ?

Je ne fais aucun commentaire et sors de la chambre un peu déçue.

Commentaire Facebook

6 commentaires on “Plan B – Partie 04

Comments are closed.