dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Takku Suuf – Partie 12

5 min read

 

Saphiatou Séne 

 

Je le sens en train de me donner des bisous mais j’avais très sommeil en même temps je lui en voulais de m’avoir laissée seule cette nuit.

– Je suis désolé ma chérie, j’espère que tu vas beaucoup mieux ? Demanda-t-il continuant ses baisers

– Je viens tout juste de m’endormir alors laisse-moi me reposer ! Répondis-je la voix cassée

– Je suis vraiment désolé mon cœur. Je voulais prendre le petit déjeuner avec toi avant d’aller au bureau mais ce n’est pas grave. Je vais dormir un peu moi aussi avant d’y aller…

Je me réveille et entends des voix venant du salon. Un moment j’ai pensé à ma coépouse, je me suis fait tout un scénario avant de reconnaitre la voix de ma mère et badienne. Je n’avais pas la force de me lever de mon lit, je prends mon téléphone et vois des dizaines d’appels en absence d’Ibrahim mais je les ignore et compose le numéro de ma mère.

– T’es réveillée ma chérie ? Dit-elle en me rejoignant dans la chambre. Ton mari m’a appelé ce matin, il a dit qu’il est très content de sa femme et moi aussi ma fille je suis très fière de toi. Yalna Ya’Allah sédal sa xol comme ninga sédalé sama boss Sène Thialy. Ton papa aussi est très fier de toi Ma Shaa Allah

Je ne savais pas pourquoi je pleure. Je voulais me confier à ma mère mais je ne pouvais pas, elle va me décapiter dans la chambre avec badienne, c’est certain. Et puis c’était mon choix, je dois maintenant assumer sans crier.

– Ne pleure pas ma chérie. Khalé bou am diom nga té dégual say waydiour. Démo, diko toujours à la maison après le boulot…

– Ni rek la meunone démé nak Dia poulo yaye yayam. C’est comme ça que tu es entrée dans notre famille, chaste et pleine. Et depuis tu n’as rien fait ou dit de mal. Tu es une belle fille exemplaire c’est pour cela qu’Allah t’a donné de très bons enfants Ma Shaa Allah. Tout ça c’est ton travail Dia poulo !

Elles sont là à me féliciter alors que je ne me sens pas bien du tout. Je veux juste que ma mère me prenne dans ses bras et me berce comme un bébé.

– Merci maman. Je veux prendre une douche, s’il te plaît.

Ma badienne entre dans les toilettes pour préparer le bain et maman m’aide à me lever. Je n’arrivais même pas à bouger mes jambes tellement j’avais mal.

Après le bain avec des feuilles de je ne sais quoi et qui sentait super mauvais. Badienne me masse le corps avec du beurre de karité et de l’huile de Touloucouna. Je me remets au lit et maman m’emmène un bol de soupe bien chaude que j’avale difficilement. J’avais la gorge nouée et une folle envie de cogner sur quelqu’un ou quelque chose

– Bébé on va te laisser te reposer, tu sembles très fatiguée, dit maman avec un regard plein de compassion qui fait craquer

– Pleure pas ma fille, tu as toujours mal ? Si ça persiste, j’appelle ton mari pour que vous alliez voir un gynéco c’est plus sûr, ajouta-t-elle en me prenant dans ses bras

– Non maman, je n’ai pas mal mais je veux venir avec toi à la maison…

– Haha danga ragal sa dieukeur fékat la fi ? Tu as peur que ton mari te retrouve ici ? Hey ma chérie, tu as voulu te marier non ? Alors assume sou nieuwé diokhko bamou nekh nakh moko mom, waw kay ! (Donne lui ce qu’il veut parce que c’est à lui !)

– Ta badienne a raison ma chérie, il faut que tu y passes encore cette nuit. Ne t’inquiète pas je reviendrai demain matin In Shaa Allah !

– Wa reste jusqu’à ce qu’Ibrahim revienne !

– D’accord !

Je finis par m’endormir à mon réveil il était 15 heures. Ibrahim était assis sur une chaise en train de me regarder

– Salut !

Je ne réponds pas, je fais comme si je n’avais rien entendu et referme les yeux.

– Je sais que t’es fâchée mais ça fait partie des clauses du mariage. Je ne pourrai pas passer les nuits avec toi, je croyais que tu le savais !

– Ibrahim je sais qu’on ne va pas passer nos nuits ensemble mais c’était notre première nuit tu aurais dû mentir à ta femme comme tu l’as fait pour le week-end, c’est tout ! Criai-je hors de moi

Il tique et me regarde impuissant

– Safia je ne supporterai pas ce genre de scènes. J’en ai assez chez moi !

– Yéwaya ndaw ! Ta femme elle te crie dessus et tu ne pipes mots alors M. Kane tu n’as rien à exiger ici dengue nga !

– Comme tu veux Safia ! Je suis dans le salon si tu as besoin de quelques choses. J’espérai juste que tu me comprennes mais là je me rends compte que tu ne vas pas me faciliter les choses, toi aussi ! Dit-il triste

Il sort de la chambre et j’éclate encore en sanglot. Je ne pouvais plus me retenir. Je suis en train de regretter ce mariage et pourtant j’ai tellement envie d’y croire. Tellement envie de croire que nous sommes faits l’un pour l’autre. Mais très sérieusement là, je doute… je doute. Je l’aime comme une folle et j’ai accepté ce mariage sans trop réfléchir et là je me rends compte que ça ne sera pas comme je l’espérais. J’ai tellement mal que je n’arrive pas à respirer normalement.

Je sens son odeur dans la chambre. Je lève les yeux et le vois devant moi. Il vient me prendre dans ses bras et je me laisse faire…

– Je ne t’ai pas épousé pour que tu souffres Safia. J’aurai préféré t’épargner tout ça comme je te l’ai dit mais les dés sont déjà jetés à moins que tu veuilles plus de moi ? Dit-il d’une petite voix

Je m’accroche davantage à lui en serrant mon étreinte comme si cette idée me déplaisait

– Ibrahim là je doute… je doute vraiment ! Mais je t’aime et mon amour est au-dessus de tout ça

– Ne crois pas que t’es la seule à souffrir. Je ne voulais pas te laisser seule ici mais tu connais ma situation, si je n’étais pas rentrée, elle débarquerait au bureau pour me faire encore ses scènes et elle a passé la moitié de la nuit à me maudire mais bon… ce n’est que le début, on finira par s’y habituer, expliqua-t-il

– Tu crois ?

– Oui ma chérie, ne t’inquiète pas !

– Je t’aime, tu le sais ?

– Pas plus que moi mon amour !

Commentaire Facebook

5 commentaires on “Takku Suuf – Partie 12

Comments are closed.