dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Takku Suuf – Partie 10

6 min read

Saphiatou Kane

 

Je suis épuisée, je n’ai pas la force de me lever du lit, ni de retourner au boulot. Je suis fatiguée ! Ibrahim a dit que ce n’était qu’un avant-goût alors que j’ai cru j’allais mourir avec sa bouche qui sait faire des merveilles. Oh mon Dieu cette bouche… cette langue… aïe, je donnerai tout l’or du monde pour recommencer.

Je quitte le lit malgré moi et rejoins la salle de bain. Je fais mes grandes ablutions avant de prendre une douche rapide. Heureusement que j’avais une perruque sinon je ne vois pas comment camoufler mes cheveux mouillés puisque que je n’ai pas de séchoir avec moi.

Je rejoins mon mari dans le salon habillée et bien maquillée. J’ai toujours ma trousse de maquillage dans mon sac. Je baisse automatiquement les yeux dès que nos regards se croisent

– Oh on fait la timide ? Dit-il déposant sur la table le déjeuner

– Je…

– Hum Safia je te connaissais plus bavarde !

– Arrête je suis déjà mal à l’aise comme ça, ne m’en rajoute pas !

– Désolé mon amour mais je ne veux pas de ça entre nous. Ce soir In Shaa Allah je te ferai mienne donc demain tu ne vas pas me parler ? Sortit-il sans détour

– C’est moi qui t’ai provoqué et je ne veux pas que tu penses que je suis une femme facile et…

Il sourit et me prends les mains

– Tu n’as jamais essayé de m’embrasser avant et aujourd’hui tu es venue vers moi parce que je suis ton mari alors il n’y a rien de facile ici juste du halal.

Je baisse la tête ne sachant pas quoi répondre

– Tu sais ce qui me plait le plus chez toi Safia ? Tu es très expressive et tu ne sais pas cacher tes sentiments. Tu es entière et en franche. Je ne veux pas que tu changes, je t’aime comme ça !

– Moi aussi je t’aime Ya Albi !

– Répète s’il te plait !

– Je t’aime Ya Albi !

– Toi, tu es mon soleil ! Ma vie ! Mon destin… tu es tout mon espoir, Ya Zahra !

– Zahra ? Dis-je d’une petite voix croyant qu’il pense à sa femme

– Zahra veut dire fleur en arabe, répondit-il en souriant. Allez maintenant viens on va manger, il est bientôt l’heure.

Nous déjeunons dans une très belle ambiance avant de retourner au bureau. Je rentre chez moi et y trouve ma badienne. Après les salamalecs à n’en plus finir, je rejoins ma chambre fatiguée.

Le soir vers 22 heures, tout était déjà prêt. C’est ma badienne et tante Katy, la sœur de maman qui m’accompagne à mon domicile conjugal. J’ai évidemment versé de chaudes larmes en quittant la maison même si ce n’est pas loin de chez moi mais quand même c’est la maison où j’ai grandi. Et voir les larmes de papa étaient juste insoutenable.

Nous arrivons à la maison après quelques minutes de trajet. Y avait déjà mon mari, ma tante fut surprise de ne voir aucun membres de la famille de mon mari. J’étais moi aussi gênée et je ne savais quoi répondre…

– Nioune déh niou done khar kouy wathié sett bi ! On attendait qu’on vienne accueillir la mariée dans sa chambre ! Dit Badienne un peu énervée

– Je suis désolée ma tante mais je ne voulais pas de protocole et connaissant ma famille, elle serait capable de faire venir toute la famille et l’appartement est trop petit pour contenir tout ce monde, sortit-il en forçant un sourire

– C’est vrai mais une de tes sœurs sakh pour accueillir sa femme ! Rouspéta badienne encore

– Vous avez raison mais je ne connais pas grande chose de nos coutumes, bredouilla-t-il penaud

– Mo alors que tu sais parfaitement comment faire jouir une femme !

Waa ?!

– Ay badienne ?!

– Mo sa dieukeur kane la yapp ? Il se fout de qui lui ?

Ibrahim gêné, gardait la tête obstinément baissée

– Voilà votre femme et vous avez intérêt à bien la traiter sinon tu auras à faire avec moi ! Sur ce, je vous dis bonne nuit mes enfants !

– Badienne am lènne pass !

Il sort une enveloppe et la tend à badienne qui sourit jusqu’aux dents

– Waw kay loxo ci poss, nila goro ! C’est comme ça mon gendre, il faut avoir la main dans la poche !

Je le vois sourire toujours gênée. Elle sort de l’appart et j’enlève enfin ces tissus sur ma tête

– Ta badienne est trop sadique ! Sortit-il l’air soulagé

– Elle est insupportable parfois mais c’est un ange !

– Je n’en doute pas !

– Tu as déjà mangé ? Demandai-je voyant l’heure

– Oui, je me suis fait livrer une pizza, il en reste si tu veux !

– Oui j’aimerai bien manger un petit bout s’il te plait, merci !

– Mais je t’en prie, petite fleur !

Il était 23 heures passées quand je finis de me passer de l’eau sur le corps. Je prends dans la valisette qui contenait mes sous-vêtements, une jolie petite nuisette de couleurs blanches. J’ai vu qu’Ibrahim aimé bien les bines-bines alors je ne m’en prive pas.

Il me rejoint quelques minutes après dans la chambre. Son regard était plein de désir et je remarque que son mini lui était entré de se réveiller tout en douceur…

– Bébé tout à l’heure j’y suis allé sans réfléchir mais là il faut d’abord faire les rituels. Tu peux rejoindre la salle de bain pour faire les grandes ablutions ? Dit-il la voix rauque

– Pour ? Je l’ai fait tout à l’heure avec badienne !

– D’accord alors change-toi et mets une tenue de prières !

Je me change comme il a demandé. Il dirige une prière de deux unités avant de se lever. Il vient jusqu’à moi et enlève le voile qui couvrait ma tête et dépose ses deux mains sur ma tête.

– Tu dis amine après chaque prière !

Il effectue les prières et je disais amine comme il a demandé. Ensuite il me regarde droit dans les yeux et me prend la main

– J’aurai aimé faire les choses autrement. Crier au monde entier que tu es ma femme. Crois-moi Safi je ne suis pas fier de ce que je suis en train de faire mais c’est tout ce que je peux te donner pour le moment. Je n’attends qu’une seule chose de toi, ton amour ! Moi, que je te le dise ou pas sache que tu es mon amour, ma vie… tu es mon espoir. Je te porte dans mon cœur comme jamais je n’ai porté une personne dans ce coin sacré de mon corps. Tu es toute ma vie ! Merci pour la chance que tu me donnes ! Dit-il la voix tremblante

– Je suis à toi, à jamais ! Je ferai de toi, l’homme le plus heure du monde ! Je te fais don de ma personne jusqu’à l’extinction du soleil ! Kane, tu ne manqueras plus jamais d’amour car je t’en donnerai chaque jour assez ! Je t’aime !

Commentaire Facebook

5 commentaires on “Takku Suuf – Partie 10

Comments are closed.