dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Takku Suuf – Partie 09

5 min read

Ibrahim Kane

 

Le mariage est enfin scellé, je vais avoir ma Safia à mes côtés même si j’aurai préféré l’avoir tous les jours avec moi. Je l’aime tellement cette femme… elle m’apaise. Savoir que je suis maintenant lié à elle me donne l’espoir d’un lendemain meilleur. Je sais avec elle à mes côtés, je vais enfin profiter de la vie.

 

En même temps je me sens un peu égoïste. Je sais qu’elle ne sera pas totalement épanouie dans ce mariage. Il n’y aura pas de tour, je serai obligé d’aller la voir en cachette et même pour la lune de miel je n’ose pas encore lui dire qu’on ne va pas quitter Dakar parce que je ne veux pas que quelqu’un de mon entourage me voit avec elle. Je dirai à Mariama ma femme, que je dois voyager le week-end comme ça j’aurai le temps de rester avec mais dans notre appart.

 

Je suis au bureau, je lui envoie les photos du studio que j’ai visité tout à l’heure et encore je ne pouvais pas faire la visite avec elle. Il faut qu’on fasse très attention maintenant, Dakar est trop petit et tout le monde se connait mais je lui laisse le choix de le décorer selon ses goûts. Moi tant qu’elle est avec moi, ça me va.

 

 

Une semaine après tout était prêt. Il ne restait plus qu’à déménager elle devait attendre sa badienne qui doit quitter Tabé son village natal pour Dakar et elle pourra rejoindre son appartement le jeudi. J’ai hâte de l’avoir rien qu’à moi.

 

Nous nous sommes donnés rendez-vous à l’appart pour le déjeuner. A mon arrivée, elle avait déjà dressé la table. C’est la première fois qu’on se retrouve seul depuis le mariage, sa mère m’avait appelé le lendemain et elle m’avait menacé de ne pas m’approcher de sa fille tant qu’on ne lui aura pas fait les rituels de nouvelle mariée. Je croyais c’était des blagues mais non, elle était vraiment sérieuse…

 

– Je suis en train de rompre la promesse que j’avais faite à ta mère Safia, dis-je en la prenant dans mes bras

 

– Maman déh elle croit que je suis toujours une petite fille, répondit-elle en se blottissant davantage dans mes bras

 

– En tout cas si elle nous retrouve ici je lui dirai que c’est toi qui as orchestré tout ça…

 

– Non t’inquiète, personne ne viendra nous déranger, fit-elle en regardant droit dans les yeux avec un sourire très coquin

 

– Quoi ?

 

– Tu sais… afin… je n’ai pas encore gouté à tes lèvres M. Kane ! Laissa-t-elle sortir aguichante

 

Je ne lui laisse même pas le temps que je la pousse jusqu’à ce qu’elle se retrouve dos au mur. Surprise, elle laisse échapper un petit cri

 

– Boy ne joue pas ça avec moi ! Tu ne sais même pas ce dont je suis capable, menaçai-je en pressant contre elle

 

– Hum, montre-moi ce dont tu es capable bébé !

 

Je saisis ses lèvres pulpeuses avec hargne, voulant me faire languir elle refuse de les ouvrir. Je lui mords la lèvre supérieure, obligée elle les ouvre enfin et j’en ai profité pour me frayer un chemin. Elle gémit dès que nos langues se touchent et très vite je perds tout mon calme…

 

Nous nous retrouvons sur le canapé en train de nous dévorer comme des affamés. Mon érection devient de plus en plus douloureuse mais je ne peux pas la prendre… pas dans ses conditions. Je me dégage d’elle pour retrouver mon calme mais elle se met sur moi, en califourchon et reprend ma bouche…

 

– Safiiii, dis-je entre deux souffles

 

– S’il te plait amour… j’ai vraiment besoin de toi !

 

Je la porte et l’emmène dans la chambre. Je lui débarrasse de ses habits avant de l’aider à s’assoir sur mes cuisses. Elle est en soutif et string. A mon tour je gémis comme si je n’ai jamais vu une femme nue, elle est sublime mais ses perles autour de sa taille me rendent encore plus fou de désir et je veux lui montrer à qu’elle point elle est désirable en ce moment.

 

J’attrape les bonnets de soutif pour faire sortir ses jolis petits seins déjà dressés. Elle sursaute dès que je pince ses tétons durs et chauds.

 

– Ibaa…

 

– Chut… laisse-toi faire !

 

Je les titillais, les mordillais et les suçotais provoquant en elle des petits cris et des gémissements rauques. Pendant que ma bouche s’affairait sur ses seins, ma main droite se faisait un petit chemin entre ses cuisses. J’avais hâte de découvrir ce qui se cache entre ses jambes… je caresse l’entrée de son vagin couvert pas son string. Elle gémit encore et se cambre davantage, le corps tremblant

 

– Hum tu es chaude et humide Safi… comme j’ai envie de te prendre là mais il sera bientôt l’heure de retourner au boulot mais quand même je vais te faire jouir…

 

Joignant parole et acte je la dépose délicatement sur le lit et me met entre ses jambes. Comprenant sans doute ce que j’allais faire, elle referme ses cuisses surprises

 

– Laisse-toi faire baby, dis-je en écartant ses cuisses

 

Je fais baisser sa culotte et passe ma tête entre ses jambes. Elle gémit… hurle… jure… avant de jouir violemment criant une dizaine de fois mon nom…

 

Je la regarde coucher toute nue sur le lit essayant de retrouver ses esprits. Son corps secoué par les spasmes mais elle est divinement belle et sexy

 

– C’était comment ? Le reste c’est pour ce soir, ce n’était qu’un avant-goût !

 

Elle sourit avant de refermer les yeux. Je crois qu’elle va faire une petite sieste. J’en profite pour aller prendre une douche priant que l’heure passe vite que je puisse enfin la faire mienne…

Commentaire Facebook

4 commentaires on “Takku Suuf – Partie 09

  1. Ça me donne du baume au coeur de te lire, la partie est courte mais nèkhna, ils sont tous les deux aux anges. Que du bonheur même si je sais que Safia souffrira dans ce mariage.

  2. Ce mariage me paraît bizarre…elle risque de bcp souffrir SAFIA, trop de sacrifices , mais je leur souhaite bonne chance quand même

Comments are closed.