dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Plan B – partie 10

10 min read

Cela fait aujourd’hui trois mois que je fréquente Khalil, il est divorcé et père d’un garçon de 12 ans et une fille de 8 ans. Nous nous sommes connus lors d’un séminaire sur les TIC et il ne me lâche plus depuis. Il est beau ça inutile de le dire, mais en plus de cela, il est pieux et très franc… j’adore passer du temps avec lui…

– Danga wara bayi sa tiaxane yi nga néké Fatima ! Tu n’as jamais été aussi libre avec un homme et pourquoi aujourd’hui ? Oui je sais que tu veux refaire ta vie mais ce n’est pas en traînant avec un homme moins âgé que toi que tu vas réussir hein ! Fais-toi respecter Fatima, li dieumoul keur déh ! Sermonna mère Térésa

– Je ne fais rien de mal Sami ! Je ne couche pas avec lui et il n’a jamais posé la main sur moi mais quand même j’ai le droit de sortir avec lui quand ça me chante ! Tu l’as dit, je veux refaire ma vie !

– Je sais ma chérie mais accepte sa demande mo guene dougou bi ak guenn bi ! Déjà Khadija ne te parle pas nak…

– Khadija nama may diam ! Elle n’a pas à s’immiscer dans ma vie. Ce n’est pas à elle de me dire avec qui je dois être ou pas ! Tu sais que j’ai peur de m’engager de nouveau mais ne t’inquiète pas. Je vais y réfléchir !

– C’est la différence d’âge qui te pose problème ?

– Non je ne vois même pas la différence, Khalil est très mature et je pense que c’est le plus important, n’est-ce pas ?

– Oui ma belle ! Ya’Allah baxna !

A l’heure du déjeuner, nous nous retrouvons encore une fois au resto avec les filles. Cette fois y avait Madina et elle était toute belle

– Wa Madina, tu te fais rare. Comment tu vas ma chérie ? Dis-je contente de la retrouver

– Je vais bien Fatima et toi ?

– Super aussi !

– Wa ani Khaliloullah kharitou Ya’Allah ? Comment va le beau gosse ? Questionna Tamara toute excitée

– Hum il est là et il est toujours aussi beau !

– Wa loye khar nak mingi beugeu yague déh ? Qu’est-ce que tu attends ça commence à traîner ? Enchaîna-t’elle

– Je veux juste prendre mon temps et ne pas précipiter les choses mais ne vous inquiétez pas, vous aurez une bonne nouvelle d’ici peu In Shaa Allah !

– In Shaa Allah ! Firent-elles en chœur

Madina se lève pour répondre au téléphone, elle revient quelques secondes après prend son sac et sort du restaurant sans dire au revoir…

– Lou xew ?! Que ses passe-t-il ? Demandai-je en regardant Salma

– Elle a dû sortir sans prévenir Cheikh !

– C’est quoi ça ? Cheikh mi ngi beugeu eupal nak ! Ajoutai-je, furieuse

– Madina n’est pas une sainte ! Elle n’arrive même pas à s’occuper de ses enfants. Elle passe son temps à se disputer avec Cheikh et la bonne. Kenn khamoul loumou beugeu !

– Ah oui ? Je me tais alors !

Le soir, je pars prendre Harouna à la crèche avant de rentrer, fatiguée. Khadija m’appela après le dîner, elle me fait toujours la tête mais j’ai été claire la dernière fois qu’elle m’a appelée. Je ne lui permets pas de me dire comment gérer ma vie…

– Maman, dit-elle

Au son de sa voix, je sens immédiatement que ça n’allait pas

– Que se passe-t-il ? Arrête de pleurer où est ton frère ? Demandai-je sentant la panique me gagner

– Maman je suis là ! Elle est rentrée en pleurant et elle ne veut rien me dire !

– Khadija ne me fait pas peur ! Dis-moi ce que tu as ? Ani Muhammad ?

– …

– Khadija merde ! Tu sais très bien que je ne supporte pas ça, tu veux me tuer ?! Criai-je alors que mes larmes coulaient déjà

– C’est Muhammad !

– Qu’est-ce qu’il y a ? Il lui est arrivé quelque chose ?

– Non !

– Wa légui lane la ? Qu’y a-t-il ? Dis-je avec un ouf de soulagement

– Il m’a dit qu’il est en route qu’il sera là dans 3 heures. Il a fait une réservation à l’hôtel et il veut que je le rejoigne !

– Anh ?!

Je raccroche le téléphone pour reprendre mes esprits. Puis j’éclate en rire en faisant sursauter Harouna en train de suivre ses dessins animés

Khalé bi yobouna sama fourou fara bi yeup way ! Elle m’a foutue une sacrée trouille cette gamine ! Wa Muhammad mom mbadou dafa melni bayam ? Ki foumou khifé tamit ?

Je rappelle ma fille, elle était toujours en pleurs

– Ecoute-moi ma chérie. Va prendre un bon bain mais avant rases-toi bien la foufoune après tu y enduis du beurre de karité. Fais ton sac avec juste ce que je t’avais donné et laisse-toi aller, la panique ne résoudra rien ma chérie ! Conseillai-je un peu déboussolée

– Man je n’ai rien préparé. Il aurait dû me prévenir bien avant mais me mettre là… devant le fait accompli et puis man j’ai peur ! Laissa-t-elle sortir

– Je sais mon trésor mais c’est ton mari, tu ne peux pas refuser. Je n’ai plus aucune autorité sur toi, s’il y a une personne que tu dois obéir ici, c’est bien ton mari !

– Motakh il en profite. Il veut toujours que je lui dise ce que fais, où je suis et avec qui ! Il m’appelle à des heures tardives pour savoir si je suis bien à la maison. Wa Man tamit li métina déh !

– Haha c’est le mariage ma chérie et attends que vous commenciez à vivre ensemble rek… tu feras beaucoup de consensus mais fais-toi juste respecter !

– J’essaie maman mais… il est tellement autoritaire comme s’il parlait à son enfant. Je…

– Khadija c’est ton mari et je ne vais pas te dire comment marquer ton territoire ! C’est à toi de t’imposer, de l’amadouer et surtout de te faire respecter. Oui sois soumise mais tout ça dans le respect. Je connais Muhammad, il est comme son père mais tu verras qu’une fois ensemble, il sera doux comme un agneau. Aller va te préparer et n’oublie pas mes conseils. Bonne nuit ma chérie !

– Bonne nuit maman ! Je t’aime !

– Moi aussi mon bébé !

Je raccroche et appelle Sami pour un peu de ‘’Kongossa’’ (ragots)

– Samira sa dom dji foumou khogné ?

– Je n’ai pas compris Fatima ? D’ailleurs pourquoi tu m’appelles à cette heure sakh ?

– Hé mayniou so bayiwoul Omar di nga déh ! Si tu ne laisses pas Omar, tu vas bientôt mourir !

– Matay ! C’est mon mari et j’y vais quand ça me chante !

– Woye beugeu tate rek ! Wouyouma ? On dirait que ton fils a pris les gènes de son père. Il est en route pour Paris déh et il a déjà réservé une chambre d’hôtel…

– Ki louko dall ? Son père lui avait dit d’attendre les grandes vacances pour permettre à Khadija de finir son année mou tépeurli ni ?

– Eh toi aussi ne va rien dire à Omar nak je ne sais pas ce qui m’a pris de t’appeler sakh. Ecoute tu ne sais pas ce qu’ils se sont dit et puis il n’a pas besoin de l’autorisation de son père pour prendre sa femme yangi dégue déh ? Tôt ou tard ils vont y passer alors nak ma chère calme toi touti rek !

– Anh kone bakhna, si Omar l’apprend il va le tuer mom rek la tékk mouy nitt !

– Ah laisse tomber Sami !

Je n’ai pas dormi de la nuit, je n’arrêtais pas de bouger. Je ne cessais de penser à ma fille… Mon portable sonne. Il est 08 heures 30, c’est Muhammad

– Goro ? Dis-je la voix enrouée

– Yaye boye mba yéwoumala ? J’espère que je ne t’ai pas réveillée ? Dit-il timide

– Non mon chéri, je suis encore au lit mais je me suis réveillée bien avant ton appel ! Alors comment tu vas ?

– Ça va maman ! En fait, je voulais te dire que je suis fier de Khadija… euh… on a consommé le mariage hier… je…

– Je comprends goro. Ne t’inquiète pas je suis très fière de vous aussi Ma Shaa Allah. Je sais que tu prendras toujours bien soin de ma Khadija alors de ce côté je ne m’en fais pas du tout. Je prie qu’Allah vous assiste pour le reste et vous donne assez de force pour vous supporter. Vous êtes tous les deux mes enfants et je vous aime très fort !

– Merci Yaye ! Je te passe Khadija. Bonne journée !

– Bonne journée à toi aussi goro !

Il passe le téléphone à ma fille et elle avait la voix cassée

– Hum sama néné légui diék la ! Ça va, tu n’as pas trop mal ?

– Non maman afin un peu mais pas comme je l’imaginais, dit-elle en baillant

– Ah je vois que ton mari a été doux, c’est bien ma chérie. J’espère qu’il t’a bien massé le corps avec du beurre de Karité et de l’huile de Touloucouna ?

– Oui Man !

– Bien alors. Légui tu vas y passer toute la semaine nak sinon rek tu vas avoir plus mal si vous restez un jour sans le faire…

– Maman toi si ça ne te gêne pas de parler de sexe avec moi, moi si ! Ecoute je sais tout ça, merci ! Dit-elle l’air exaspéré

– Anh mbadou danga ma def sa morom légui ? Tu as fait de moi ton égale ? Je suis ta mère et on ne s’est jamais rien caché alors je trouve normal qu’on ait ce genre de discussion, répondis-je ferme

– Je sais maman mais comprends que ça me gêne ! Et puis lui là, il n’est pas prêt de me laisser me reposer ! Sortit-elle en chuchotant

– Ahaha c’est toi qui as voulu te marier non ? Alors assumes rek dom !

– Motakhit !

– Bon aller va reposer, tu en as besoin. Il repart quand ton mari ?

– Il a dit qu’il en a pour 15 jours !

– Hum j’ai peur que tu n’attrapes une grossesse ma chérie !

– Maman on en a déjà parlé et il s’est protégé !

– Tant mieux alors ma chérie ! Denk nala Ya’Allah comme toujours ! A ce soir

Je raccroche soulagée, je ne veux pas qu’il ait une barrière entre ma fille et moi. Je sais qu’elle timide de nature mais je veux qu’elle sache que je suis là pour elle.

Je décide de quitter mon lit et bouger un peu. Ce soir je dois sortir avec Khalil et Harouna pour une petite promenade comme l’a dit Khalil. Je reçois un message de Sami, qui m’invite à déjeuner chez elle…

– Alors nakamou ? Questionna-t-elle dès que je pose mon sac

– Ça va ni rek et toi ? Où est Omar ?

– Il est sorti mais il ne va pas tarder ! J’ai appelé Muhammad…

– Non sa dome djodjou donou na bayam tigui ! Il n’a même pas voulu laisser ma fille sa préparer comme il se doit. Bonjour rek… yeukatil ma xol sa pointure ! Fis-je en chantonnant

– T’es pas croyable Fatima ! Dit-elle en se tordant de rire

– Vous parlez de quoi ? Questionna Omar en faisant son entrée dans la cuisine avec des sachets courses

– Fatima, tu peux répondre ?

Je la regarde en écarquillant les yeux, il ne faut surtout pas qu’elle répète ce que je viens dire

– Tu la connais non ? A chaque fois qu’elle ouvre la bouche c’est pour dire des bêtises ! Dit-elle

– Hum ! Au fait mane ma eufeul khaléyi, si c’est de ça que vous parliez ! Laissa-t-il sortir en quittant la cuisine

– Omar ! Cria Sami

– Bétouma déh ! Je le savais !

– Après tout ce qu’il a dit là ? S’offusqua sa femme

– Hum en tout cas c’est un excellent coach !

– La ferme, Fatima !

Le soir c’est vers 19 heures que nous rentrons. Nous avons passé un excellent après-midi avec Khalil, Harouna était aux anges et c’est tout ce qui comptait.

Je sais que c’est puéril de ma part mais je savais exactement que Khalifa m’attendait devant l’immeuble. Je sors de la voiture de Khalil et le vois debout en train de nous regarder. Je lance un bisou volant à Khalil ce que je n’avais jamais fait auparavant, il était lui-même choqué…

Je pensais qu’il allait piquer une crise comme la dernière mais non, il me regarde et sourit…

– Fatima, Sall. Allez, viens cœur de lion ! Dit-il en s’adressant à son fils.

Il n’a fait aucun commentaire. Je monte pour rajouter des habits et des couches dans le sac de Harouna avant de descendre…

– A demain !

Je reste devant la porte de l’immeuble ne sachant pas quoi faire. J’avais l’impression d’avoir reçue une baffe…

Commentaire Facebook

6 commentaires on “Plan B – partie 10

  1. Bonsoir,
    Comme l’a dit Mariam lors d’un commentaire, j’aime bien ta plume chère chroniqueuse,mais tes écrits en wolof deviennent nombreuses et j’ai l’impression que c’est surtout les meilleurs dialogue que je rate,donc je te prierai de nous mettre une parenthèse de traduction.
    Merci pour la compréhension. Au plaisir en espérant comprendre au même titre que mes compatriotes duSénégal.

  2. Bonjour,
    Jai aimé toutes les histoires que tu as écrites. Mais depuis quelques temps il y a des passages en wolof qui ne sont pas traduits et ca gâte le sens puisque je ne comprend pas tout.
    Je m’arrête donc à cette partie.
    Je te souhaite une bonne continuation dans l’écriture.
    Mariam

Comments are closed.