dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

Soukeurou Koor : Partie 05

13 min read

Awa Bourou Keureum

Quand la maman d’Amina a dit à ma belle-mère que la valise qu’elle avait amené contenait sa commande de tissus pour la conférence, le ouf de soulagement que j’ai laissé échapper n’est pas passé inaperçu. J’ai vu Amina lancer un sourire moqueur à sa maman mais je m’en fiche du moment que j’ai mis la barre assez haute plus rien n’a d’importance en plus je suis sûre que je suis indétrônable ! Amina ne pourra jamais faire ce que j’ai fait…

Wayé wakh dji niar la déh depuis les térangas chez ma belle-mère Khassim ne rentre à la maison qu’après minuit quand il est de tour chez moi et le matin même pas un petit bonjour pour me saluer. J’ai tenté de parler avec lui mais il m’a clairement signifié qu’il ne voulait pas m’entendre comme j’avais déjà fait mon choix. Je ne sais vraiment pas quoi faire.

Aujourd’hui aussi il est de tour chez moi alors j’ai sorti l’arsenal pour l’amadouer un peu et tel que je le connais il ne va pas résister à mes charmes mais d’abord faut que je m’occupe de son ventre. Alors va pour un bon gigot d’agneau au four avec des crudités et du jus de bissap blanc avec du gingembre. Souma paré nak dougou ci nekk bi deff samay affaires…

Je l’appelle avant qu’il ne rentre encore tard, je lui dis que qu’on avait des invités et qu’il devait être à la maison un peu plus tôt, il n’a pas voulu décrocher mais je lui ai laissé un message. Comme prévu il est arrivé à la maison à 20 heures, les enfants ont sauté sur le lui en le voyant entrer dans le salon

– Mon cœur tu as passé une bonne journée ? Demandai-je en me levant pour le saluer

– Oui, répondit-il avant d’entrer dans la chambre

– Je t’ai dit qu’on avait des invités parce que je voulais qu’on dîne en famille vu que ces derniers jours on n’a pas eu le temps…

– Ok ! Tu peux servir on va dîner après ma douche

Quand il est entré dans la salle de bain j’en ai profité pour changer l’ambiance de la chambre. J’allume les bougies et disperse mes lingeries sur le lit pour que ça soit bien visible

A sa sortie j’avais déjà dressé la table, il était tout beau et tout frais. On mange ensemble et monsieur discutait avec les enfants faisant comme si je n’existais pas, il ne me regardait même pas. Après le diner, il prend ses clés de voiture et quitte la maison sans m’accorder la moindre importance. J’étais furieuse sans réfléchir je compose son numéro mais il m’ignore encore je lui laisse un message vocal bien salé sur WhatsApp, il revient à la maison dix minutes après

– Ramatoulaye ! Cria-t-il en ouvrant la porte de notre chambre

– Bou mani Ramatoulaye la wax ! Ne me dis surtout pas Ramatoulaye ! Je suis sûre qu’à chaque fois tu sors d’ici c’est pour aller retrouver Amina. Tu n’as même pas honte dokhane nga ba takk khana nga meuneu yamalé ?! Tu l’as courtisé jusqu’à l’épousé tu peux au moins être juste envers tes femmes ?

– Tu ouvres encore la bouche pour me parler comme ça niou dégg niou ! Dit-il en s’avançant vers moi.

– Tu étais où alors ? Insistai-je ne sachant pas quoi répondre

– Sa yone nékouci ! Ce n’est pas ton problème !

– Tu peux dire ça ! Une semaine que tu me boudes louma wakh nga kheup ci kani juste pour une affaire de téranga et pourtant quand ta femme chérie faisait ça lors du baptême tu n’as pipé mot alors pour cette fois parce que c’est moi qui fais mon téralaté tu fais comme si j’ai tué ton enfant. Dis-moi qu’est-ce que ça peut te faire si je prends MON ARGENT pour offrir des cadeaux à ta famille sachant que même 5 Fr tu ne me l’as pas donné pour compléter alors qu’il s’agit de ta famille !!! Qu’est-ce qu’il y a ? Tu en as assez de moi wala ?

– Oui j’en ai assez de toi ! Assez de cette femme que t’ai devenue ! Quand je t’ai connu tu n’étais pas comme ça, tu te fichais de ce que les gens disaient derrière ton dos ! Tout ce qui t’importait c’était que ta famille ne manque de rien, di topou sama ndigeul sa souné meussoulo dokh ci lou niakk fayda mais quand je regarde maintenant j’ai l’impression qu’on m’a changé de femme ! Je t’ai connu gaie, attrayante et surtout naturelle mais quand je te vois forcer pour gagner la sympathie de ma famille pour des futilités j’ai juste honte de toi ! Tu me connais pour savoir que je ne fais pas de différence entre Amina et toi, nima beugué, nonoula lako beugué amouma ci khadj ak sénn ! Je vous aime toutes les deux, lors du baptême de notre premier enfant c’est toi-même qui as dit que tu ne voulais pas faire les choses en grand juste le stricte minimum parce que c’est du gâchis mais quand même je t’ai donné assez pour que tu donnes des cadeaux à ma famille et c’est comme ça que je fais avec Amina et je vous avais dit toutes les deux que ce serait une seule fois et toi qu’est-ce que tu as fait ? Tu es non seulement allée dilapider ton argent et ton énergie pire encore de la manière la plus hypocrite ! J’ai honte de la femme en face de moi ! Oui Ramatoulaye tu m’as déçu ! Sortit me laissant complétement sans voix. Que pouvais-je dire aussi, il a raison sur toute la ligne

– Et puis tu crois m’avoir avec du sexe ? Après dix-ans de mariage tu ne sais toujours pas que ça ne marche pas avec moi ?

Il a dit d’une manière tellement hautaine que j’ai eue l’impression que je le dégoûtais.

Je me tais et entre dans la salle de bain. J’ai pleuré un bon coup avant de rejoindre la douche. Khassim a raison, il raison quand il dit que j’ai beaucoup changé depuis qu’il a épousé Amina. Je ne fais plus attention à lui, je l’ai délaissé pensant qu’il m’avait trahi. Je viens de me rendre compte comment j’ai dû être ridicule devant Amina et sa famille, je viens de comprendre les sourires moqueurs qu’elle échangeait avec sa mère. J’ai dépensé une fortune juste pour des futilités, pour plaire à des personnes qui font que profiter de nous, genre diviser pour mieux régner. Je cherchais à plaire à ma belle-famille que ne fait qui profiter de nous, oui de Amina et de moi. Souma matone louma done deugue, je ne chercherai pas à concurrencer Amina au contraire, dama khethie taf ko sama bopp faire d’elle ma petite et ma meilleure amie. Je n’aurai pas dû laisser ma mère et mes sœurs mettre ces idées de coépouses absurdes dans ma tête et Mame Kha aussi qui ne sait faire que raconter des bobards. Oh si je pouvais retourner en arrière et effacer tout ce que j’ai fait ces derniers jours mais hélas, réthiou dina fekk dieuf wess en plus de ses dettes qui hantent mes nuits, comment vais-je faire pour les rembourser ? Il faut que je me ressaisisse, diap sama seuy tei dégal sama borom keur !

Il était 23 heures quand je vois mon portable signaler un appel et c’est Coumba Laobé la gérante de la tontine mon cœur fait un bond. Je décroche les mains tremblantes

– Coumba loy woté goudi na déh ? Pourquoi tu appelles à cette heure ?

– Diam rek Rama mais là il s’agit d’une urgence. Je ne sais pas si tu as réussi à réunir l’argent mais la fille de Khady a accouché et elle doit aller à Thiès pour le baptême, tu sais qu’elle ne pourra pas y aller les mains vides, il faut que je lui donne au moins 300.000 Fr alors je te prie d’amener tout l’argent demain matin avant que les autres ne s’en rendent compte, expliqua-t-elle

Shi thiaf kheumna nak ! Où est-ce que je vais trouver l’argent d’ici demain et Khassimou qui ne me regarde même pas.

– D’accord Coumba je t’emmènerai l’argent demain, mentis-je

– Je compte sur toi Rama. A demain !

– Ayway fane lay dieulé khaliss bi ? Je vais essayer de dormir jusqu’à demain peut-être que j’aurai une solution dans la nuit.

Je n’ai pas réussi à fermer l’œil à vrai dire, je pensais à comment trouver l’argent. Je suis réveillée depuis deux heures et Khassim est en train de prendre sa douche, je n’ose rien lui dire. J’essaie de joindre ma sœur pour qu’elle me prête de l’argent mais elle ne décroche pas.

Comme un problème n’arrive jamais seul, ma mère m’appelle pour me dire que son amie la vendeuse de tissus à qui je devais de l’argent aussi réclame son reste. Je m’assois au bord du lit en tenant ma tête.

– Ay Ya’Allah soutouralma ! Venez-moi en aide Seigneur !

J’ai dû éteindre mon portable parce qu’il n’arrêtait pas de sonner. Coumba insistait et je n’avais que 20.000 Fr sur moi et c’est pour les courses de la maison…

Je ne sais vraiment pas quoi faire, je suis foutue !

Khassim Fall

Ah les femmes ? Je ne peux pas comprendre qu’elles crient sur tous les toits qu’elles veulent leur liberté, qu’elles réclament les mêmes statuts et privilèges que les hommes et au final tout gaspiller en un seul jour ? Cette femme qui se lève tous les jours à 04 heures ou 5 heures du matin pour prendre le bus qui l’amène tous les jours au marché central au poisson de Pikine, acheter du poisson qu’elle vendra sur place ou en errant dans les quartiers à la recherche de clients. Elle garde ses économies sous le matelas pendant des années attendant patiemment le jour où elle donnera sa fille en mariage sa fille pour pouvoir enfin gaspiller un travail de tout une vie pour quelques heures de ‘’Voyez-moi’’ pour en faire profiter à une autre famille. Et l’intellectuelle qui prend des vacances uniquement pour aller en Chine, Dubaï ou Inde commander les plus belles parures de lit, des tissus VIP ou encore des bijoux uniquement pour la belle-famille alors sa maman a dû vendre ses bijoux pour qu’elle puisse être inscrite à l’école ou à l’université mais c’est la maman de son mari qui aura la chance de porter ses bijoux parce que c’est elle qui la mérite plus. Qui peut comprendre ce raisonnement ?

J’essaie de trouver une explication logique face au comportement de Ramatoulaye. Je n’arrive pas à comprendre son entêtement, en fait je n’arrive pas à la cerner. La question que je me pose encore si c’est réellement la même Ramatoulaye que j’ai connu il y a plus de dix ans ? Comme je lui ai dit hier est-elle toujours la même personne ou c’est moi qui suis compliqué ? Peut-être aussi mais là je n’arrive simplement pas à comprendre !

Quand j’ai connu Rama elle était tellement timide que ça me faisait peur, elle ne me regardait jamais dans les yeux j’ai dû me battre avec elle pour qu’elle laisse cette timidité excessive de côté. Je l’ai aimé dès le premier regard et je n’ai pas beaucoup traîné avant de la faire mienne, elle était tout ce que j’aimais. Je n’ai jamais pensé de ma vie que je serai polygame jusqu’à ce que je rencontre Amina, le contraire de Rama, une femme très sûre d’elle. Je n’ai pas hésité à aller vers elle, je lui ai carrément signifié que je n’étais pas là pour jouer et qu’elle m’intéresse en tant que femme mais pas en tant que maîtresse et quelques semaines après on s’est marié.

Je les aime toutes les deux à ma manières bien-sûr mais et j’essaie de respecter convenablement les chartes de la polygamie essayant d’être le plus juste qu’il faut. Elles sont différentes de par leurs caractères et leurs façons de faire mais elles ont toutes les deux ce petit quelque chose qui fait que je ne peux résister à aucune des deux. Kou ci nekk ak say fems ak sa you say-say et j’en profite. L’avantage d’être polygame, oui ! Mais attention, je suis encore plus féroce qu’elle, ah oui ! Meune sama keur tei meune samay diabar souko défé kenn dou merr !

J’ai été dur avec Rama hier et je suis certain de l’avoir  touché. Elle m’a énormément déçu, je viens de chez ma mère et elle m’a dit après calcul Rama a dû dépenser au moins 3 millions je ne tenais plus. Je suis sidéré où est-ce qu’elle a bien pu trouver tout cet argent ? J’espère juste qu’elle n’a pas contracté des dettes si oui elle sera seule à les rembourser !

Je gare ma voiture devant l’immeuble et sort. J’entends du bruit provenant des escaliers je me suis dit que c’est sûrement un couple qui se dispute. Arrivé au premier, grande fut ma surprise quand je vois les voisins devant la porte de mon appartement en train de calmer un dame qui insultait avec tellement de virulence. J’avance en tremblant…

– Badola binga done lékou, nano, say nélaw doyoul ngay weur di lébanou tei amo lo fayé niak diom ! So fi guéné dina **** sa ndeye ! Tu ne manges pas à ta faim mais tu te permets d’emprunter de gauche à droite et tu n’as pas de quoi rembourser ! Si tu sors d’ici je te fais ta fête !

– Mais lou khew fi ? Que se passe-t-il ici ? Criai-je lassant mon attaché-case

Je vois Rama derrière et deux voisines qui essayaient de la calmer. Ki tay rek lakoy ray !!!

– S’il vous plaît madame entrez on va régler le problème et vous chers voisins merci d’avoir intervenu mais laissez-moi régler ce problème entre nous, dis-je la voix tremblante, très gêné  

Il ne voulait quand même pas rentrer chez eux beugeu top action bamou seuss mais je fais entrer la dame avant de fermer la porte à clé

– Khasim… essaya Rama en pleurant

– Tu la fermes ! Dis-je entre les dents

– Madame que ce passe-t-il ?

– Votre femme est venue me dire qu’elle doit amener le sukeurou koor chez sa belle-famille et qu’elle n’avait pas d’argent. Elle m’a demandé de lui prêter 500.000 Fr de la caisse de la tontine, je lui donne sans problème. Hier je l’appelle pour qu’elle rembourse l’argent parce qu’une autre en a besoin elle me dit qu’elle va le faire, je l’appelle depuis ce matin elle éteint son portable après elle ose me dire qu’elle a Thiès lolou dou yeufou truand ? Damay gorr, di djité ay gorr niou diokhma confiance bou mat nama diokh khaliss bi ma déme ! Expliqua-t-elle très remontée

– Si je vous dis que j’ai 500.000 Fr liquide ici je vais mentir. Je sais qu’il fait nuit mais je peux vous faire un chèque que vous pourrez retirer demain matin In Sha’Allah s’il vous plaît. Ma femme est la principale fautive mola togn, je vous prie d’accepter mes excuses et prendre le chèque que je vais vous donner, c’est bon ?

– Oui Fall ! Balma akh mane aussi mais votre femme m’a vraiment fait honte et elle m’a cherché aussi. Je vous prie de m’excuser aussi.

Elle prend son chèque avant de sortir de la maison. Je pique une crise dès qu’elle ferme la porte

–  Cinq ans que j’habite dans cet immeuble et personne ne m’a jamais entendu mais aujourd’hui je suis la risée de tout le monde à cause de toi ! Yama rouss lo…

– Khas…

– Teudiel sa guémine bala mala ray ! Yaw amnga lo wakh ? Maintenant dis-moi tu dois encore de l’argent à qui ?

– Je t’en prie Khassim déglouma !

– Tu dois de l’argent à qui ?!

– J’en dois encore à ma mère et à une de ses amies commerçante, dit-elle en pleurant

– Combien ?

– 1.000.000

– Quoi ?! Quelle écervelée tu fais !!!

Je lui fais un autre chèque parce que je voulais plus entendre parler de cette histoire

– Je fais cela parce que c’est mon droit de te protéger, Ya’Allah rek la ci sett wayei diaro dara ba dara bolo diekh niak diom ! Au lieu de penser à comment faire pour avancer tu cherches à faire des conneries sans aucunes utilités !

J’écris vite fait une décharge avant de la poser sur la table avec un stylo

– Maintenant signe ici, une reconnaissance de dettes. Ne me regarde pas comme ça tu vas me rembourser mon argent jusqu’au dernier centime. Compris ?

 Elle signe toujours en pleurant mais ça ne me touche guère, je veux qu’elle retienne la leçon et je n’ai pas encore fini !  Maintenant dans la chambre !

Elle me suit et je fais descendre la grosse valise au-dessus de l’armoire

– Range tes affaires ! Criai-je en la regardant

– Khassim da nga may fassé ?!

– Tu vas aller réfléchir chez tes parents ! Grouille-toi, je prends une douche après je te dépose. Une fois là-bas tu pourras faire tout ce que ta mère te demande comme c’est à elle seule que tu obéis !

– Khassim je t’en supplie…

– Si je sors des toilettes et que je vois que tu n’es pas encore prête se sont tes oncles qui vont passer te chercher ! Fala yam nak ! Où sont les enfants sakh ?

– Chez la voisine d’en face !

– Ils resteront avec moi !

A ma sortie, elle était déjà prête mourou melni kou djem dethie. Elle a tellement pleuré qu’on ne voyait plus ses yeux…

Une fois chez elle, je dis à ma belle-mère qu’elle est là pour se remettre en question avant de quitter la maison sans un mot de plus…

A suivre…

 

Bonne Lecture !

Commentaire Facebook

33 commentaires on “Soukeurou Koor : Partie 05

  1. Belle plume machalla…Nana nak on attend la suite impatiemment…Deif lo xaam waax lo xaam so teudeih neilaw belle-famille diiaroul tayleeih sa roukh😂….Teih boul yakar cii sa belle-mère mouh dieulsii leuh sa galeih papa….Rama wereiih ngeuh tchiipiirii

  2. Elle me fais pitié la polygamie c’est pas facile
    Tous le monde ne peut pas supporter c’est facile de dire d’oublier sa coepouse et s’occuper de son mari c’est pas facile de partage concurrence t’aura tjrs même si monsieur ne fais pas de discrimination belle famille et tous ces pas facile a gere.
    Au moins monsieur mets tous le monde sur le même pied espérons qu’elle puisse se rattrape et se faire pardonner

  3. a mon avis Khassim a une grande part de respnsabilité dans ca. Elle a changé parce qu’elle rivalise. Nous sommes tellement differentes comme les doigts de la mains tout comme nos réactions peuvent differer face a une situation. Il doit assumer est courtiser encore sa première femme pour regagner sa confiance! wa salam

  4. Fallait s’y attendre avec une inconscience pareille
    Mais Khassim tangueu neu d!!!
    Vivement la suite

  5. Lii yeup goor yi niokko waral solene yamone ci benneu diabar li dou am mei takk diabar youdoul diex séne famille yi nék ay seytané di geuneulé lolou rk motax djigéne yi di dougou ci lounék..polygamie mom bagnénako nouné

  6. Ay way rama yeureum nala wakhou sangbi waw la sante tamitt il faut obéir à vos maris moy diapi aldiana bi deh si djiguéne khassim goor foulla mais bal ko rek

  7. Bien fait, un mari qui sait mettre ses femmes au pas bravo. Demain chacune rsflechira avant de faire du gâchis.

  8. Massa ma belle billay woudiou ak belle famille bou khaliss djiteul diaroul li. Mais khassim tamite bayiwoneko si keur gueunoul wone aussi MM si doko falé sakh

Comments are closed.