dim. Sep 27th, 2020

Merveilles de Femme

Chroniques africaines

PARTIE 7

22 min read

***Awo Bourou Keureum ***

Cela fait 5 jours que je n’ai pas des nouvelles de mon mari. Il ne prend pas mes appels et ne répond pas à mes messages. Hier j’ai vu un appel manqué de Mame Kha mais je ne l’ai pas rappelée, elle cherche sûrement des informations mais je ne vais pas lui donner le plaisir de se moquer de moi devant ma belle-famille.
Maman est dans tous ses états, elle dit que mon mari ne me respecte pas sinon il n’allait jamais me sortir de sa maison. Je ne sais pas où elle a eu l’information mais elle m’a dit hier que Khassimou a dormi chez Amina ces deux dernières nuits alors que ce n’était pas son tour. J’étais jalouse oui mais, s’il était resté à la maison, il n’y aurait eu personne pour s’occuper de lui donc je ne peux rien dire sur ce côté. Ce qui me fait mal c’est que ni mes belles-sœurs ni ma belle-mère n’ont appelé pour intervenir et je suis certaine qu’elles sont au courant de tout ce qui se passe chez moi, si Mame Kha a osé appeler c’est parce que je dois être le sujet de conversation du moment, ce qui prouve encore une fois qu’elles ne pensent qu’à leur personne maintenant je saurais où mettre mes pieds !
Les deux derniers jours je les ai passé à implorer le pardon à Khassim mais comme je l’ai dit, il ne répondait pas à mes messages et depuis hier je n’ai pas essayé de le contacter même si l’envie ne manque pas. Ma maison me manque, mes enfants me manquent et évidemment que mon mari me manque… j’ai déconné c’est certain mais il n’avait pas à me ramener chez mes parents comme si j’étais une malpropre maintenant je suis la risée de tout le monde. Toute la famille, mes tantes et cousines pensent que mon mari m’a répudiée. Mes sœurs qui me voyaient comme leur modèle me saluent à peine parce que je partage leur chambre, j’ai osé porter un débardeur de Lala mais elle m’a demandé de l’enlever avec un ton tellement méprisant et ma mère qui m’a demandé ce matin de participer à la dépense quotidienne parce que ce n’est pas à elle de me nourrir… je me sentais tellement blessée et étroite dans ma propre famille.
Mon téléphone sonne et je vois un appel de ma badienne, mon homonyme. Elle est sûrement de retour, elle était partie voir ses enfants à Dubaï
• Badienne namone nala, dis-je en décrochant
• Boulmani namone nala ! Limay dégue lanela Rama ? C’est vrai ce que j’ai entendu ?
• Badienne sou mala expliqué nga comprendre, dis-je d’une petite voix
• Ladioumala lolou ! Je te veux chez dans 15 mn sinon sou mala féké fofou dou bakh ci yaw ! Ça va chauffer pour toi !
Je la connais, si je ne dépêche pas elle va débarquer d’une minute à l’autre et se disputer avec ma mère comme toujours. Je me prépare et 10 minutes après j’étais déjà devant sa maison en train de sonner. C’est elle-même qui vient ouvrir avant de se retourner sans même me saluer. J’entre et ferme la porte derrière moi, je la trouve assise dans le séjour, journal à la main
• Badienne, Diop !
Elle continue de lire son journal sans m’accorder la moindre importance. 15 minutes après, elle daigne enfin lever sa tête pour me regarder
• Téranga mo takh nga yeugal sa seuy ? C’est à cause des cadeaux que tu as mis ton mariage en péril ? Finit-elle par sortir après m’avoir longuement regardé
• Je voulais juste faire plaisir à ma belle-famille et je viens de me rendre compte de ma bêtise, répondis-je
• Kenn bagnoul téranga wayé na fekk nga meune ko aussi na fekk nianga koy diokh mériter ko ! Ce n’est pas interdit d’offrir des cadeaux mais c’est quand on a les moyens et encore ma chérie ce n’est pas une obligation. Qu’est-ce qui t’a pris bon sang ? Explique-moi !
Je me mets à tout lui expliquer comme elle l’a demandé et je voyais qu’elle se retenait pour ne pas me sauter dessus
• 3 millions de Franc pour des bêtises ?! 3 millions nom de Dieu mais 3 millions carrément ?! Yaw sa yaye bou dofé nga nekk nitt Rama ! Et ce qui me fait mal tu as osé contracter des dettes uniquement pour faire plaisir à des personnes qui n’en valent pas la peine et pire encore derrière ton mari yaw est-ce que nitt nga Rama ? Donc tu as fait les bancs pour rien ?
• Je voulais juste…
• Way kham !!! Si tu as besoin de faire plaisir à quelqu’un c’est à ton mari que tu dois faire plaisir ! Mom milay yobou foula kenen doul yobou kokou mo diara raye sa bop mais pas une bande d’hypocrite du genre de ta belle-famille !
• Amina l’avait…
• Yow do nopi ?! Amina a compris le jeu de ta belle-famille depuis longtemps et elle s’est discrètement retirée topou ci lou nekh Khassim ! Tu as eu de la chance walaye si c’était un autre homme il t’aurait laissée croupir en prison sans gêne, estime-toi heureuse qu’il ait payé tes dettes meunone nala fassé nga xam fokoy wakhé !
• Ay badienne !
• Mais lolou mo am ! Tu connais ta mère, elle ne te conseille rien de bon, y a que sa personne qui compte et ce que les gens pensent d’elles. Pourquoi tu ne m’as pas appelé quand elle t’a demandé de donner les térangas ?
• Je suis désolée mais je savais que tu n’allais pas être d’accord !
• Ah bon motakhit tu es à deux doigts de perdre ton mari et ni ta belle-famille ni même ta mère ne te soutiennent au contraire elles sont en train de rire de toi, idiote !
• S’il te plait badienne parle à Khassim je veux retourner chez moi, je ne me sens pas à l’aise à la maison personne ne me parle et mes enfants me manquent…
• Je ne vais rien dire à Khassim et je n’ai rien à lui dire je le connais et je sais qu’il est juste fâché, laisse-le digérer, il reviendra à de meilleurs sentiments.
• Et s’il ne fait pas, il ne prend pas mes appels. J’ai passé ces deux derniers jours à le supplier de me pardonner mais rien !
• Et pourquoi tu le supplie ? Nell tekk ni ndokh diko déglou, arrête de le supplier et ignore-le. Ça ne sera pas facile certes mais tu l’as cherché. Va prendre tes affaires et viens t’installer ici on va dérouler notre plan !
• Hi badienne il m’a demandé de rester chez ma mère laisse rek…
• Niaw déh ! Mais sérieusement vient t’installer ici, je vais lui envoyer un message pour lui dire que je te garde ici au cas où il pensera à venir te chercher. Je veux que tu me ressembles ma fille, j’ai trois coépouses et je n’ai jamais flanché, c’est mon mari qui m’importait le reste n’était que des futilités. Amina est ta coépouse et pas ton ennemie, Khassim est ton mari et pas ton copain, il doit être au courant de tout ce que tu fais, cherche sa bénédiction dans tout ce que tu entreprends, incluse-le dans tes programmes et fais de lui ton seul et unique ami ! Rama, Khassim est un merveilleux mari, il s’est toujours bien comporté avec toi, tu ne manques de rien bien sûr c’est son devoir mais ay moromam nio fi nékeu té défouniou ko ! Je sais qu’il t’ait difficile de digérer son mariage avec Amina mais ma chérie, un homme qui n’a pas signé monogamie à la mairie, s’il vient à épouser une deuxième femme sache qu’il ne t’a pas trahie et qu’il est dans ses droits ! Ce n’est pas parce qu’il a épousé une autre qu’il ne t’aime plus…
• Badienne je me suis sentie trahie, je n’ai rien vu venir et pourtant lepp li djiguenn di def pour bégal dieu’cœuram dama koy def ! Je fais tout ce qu’une femme doit faire pour retenir son homme !
• Lolou takhoul nga mom ko déh ! Mou takk mo guenn mou nekk ci all bi di dokhane aki ndialo ! Cela ne veut pas dire qu’il t’appartient et puis c’est mieux de forniquer de gauche à droite ! Tu n’as pas failli ma chérie au contraire tu t’es toujours dévouée mais entièrement pour ton homme mais dis-toi que l’homme est naturellement polygame, diongué bou eup sakh teuyé wouko… Reprend-toi té nga mougne té seuy !

Je rentre chez ma mère et commence à ranger mes bagages. Avant de partir je dis à ma mère que je pars m’installer chez ma badienne, elle me répond par le bout du nez. Mame Kha n’arrête pas de m’appeler depuis tout à l’heure mais je laissais sonner dans le vide, puis énervée je finis par la prendre
• Mame Kha ?
• Wa Rama mangi lay wo depuis sank nga bagne ma dieul !
• J’étais occupée !
• Kone lolou la ! Je t’appelais juste pour te dire que Bass a eu un grave accident mais…
• Accident wou lane ? Criai-je en me levant
• Accident diam ?! Fit badienne
• Si tu étais là pour t’occuper de tes enfants on n’aurait pas perdu toutes ses heures à attendre à l’hôpital, heureusement qu’il s’en est sorti mais il a failli y rester !
Je raccroche le téléphone pour appeler Khassim mais badienne m’en empêche
• Assis-toi, tu es trop énervée et tu pourrais dire des bêtises, si Khassim ne t’a pas appelée c’est parce que ce n’est rien de grave alors essaie de te calmer et je vais l’appeler d’accord ?
Elle prend son téléphone et appelle mon mari avant de le mettre en mode main-libre
• As’Salamou ‘ Aleykum yaye boye, Diop !
• Wa’Aleykum Salam Fall, comment tu vas mon fils ?
• Je vais bien Alhamdoulillah et toi yaye namenala déh ?
Khassim s’entend beaucoup mieux avec ma badienne qu’avec maman, il y a une belle complicité entre eux…
• Namoma dara ! Je n’ai pas eu de tes nouvelles depuis le début du mois béni quand tu m’envoyais mon soukeurou koor. C’est que yaw danga khamni dama beugeu CFA motakh ngama koy diokh rek, ay nouyou mouride nak ! Tu sais que j’adore le CFA et tu m’en donnes à chaque fois que l’occasion se présente et tu n’y vas pas de main morte !
• Je t’ai dit que tu es ma maman de cœur et ça veut tout dire Diop loumeu yoor rek yako mom ! Tout ce que j’ai, est à toi
• Walaye je le sais mon fils. En fait je ne t’appelais pas pour ça, y a Mame Kha qui vient de raccrocher et elle a dit que le petit Bass a eu un accident et qu’il a failli y rester, expliqua-t-elle mordant sa lèvre inférieure
Badienne dou déme !
• Ki mo meuneu fenn ! Mais il a juste eu une pronation du coude et mon ami a remis ça en place mounane il a failli y rester. Quelle menteuse !
• C’est ce que j’ai dit à Rama quand elle a commencé à paniquer, je lui ai dit que si c’était aussi grave que le dit Kha, Khassim t’aurait appelé mais comme c’est juste ça Alhamdoulillah ! Elle nous a vraiment fait flipper
• Non Kha est juste folle, dit à Rama de ne pas s’inquiéter Bassirou va bien, je suis en train de les ramener chez ma sœur Codou pour qu’elle s’occupe d’eux, dit-il
• Khassim je t’en prie amène les enfants à leur mère, ce n’est pas bon qu’il passe de maison à maison comme s’ils n’ont pas de mère. Tu sais qu’ils seront mieux avec leur mère alors je t’en supplie amène les enfants demain à la descente, tu peux faire ça ?
• D’accord yaye, à toi je ne peux rien refuser !
• Merci mon fils et à demain In Sha’Allah
Elle raccroche et se tourne vers moi en souriant
• Ton mari passera te prendre après demain, dit-elle excité
Après demain ? Il a dit qu’il passera demain m’amener les enfants et puis sakh il n’a pas demandé comment j’allais aussi ! ce qui veut dire qu’il n’est pas près de revenir sur sa décision !
• Demain je te dirai ce que tu vas faire, en attendant va servir le dîner j’ai trop faim !

Le lendemain vers 11 heures du matin, je fus réveillée par la sonnerie de mon portable, c’est Amina, mon esprit divague, j’espère qu’il n’ait rien arrivé à Bass rek. Je décroche la peur au ventre
• Allo Amina !
• Awo bourou keureum no def ? Comment tu vas ? Dit-elle joyeuse
Je laisse un ouf de soulagement mais je me demande quand même pourquoi elle m’appelle
• Super et toi ? Comment se porte bébé ?
• Il est là toujours aussi sage. Dis-moi ma chérie je peux passer te voir ?
• Anh lou xew mba diam ? J’espère que ce n’est rien de grave ?
• Mais non je veux juste te parler ?
• Tu dois savoir que je ne suis pas chez…
• Je sais et c’est pour cela que je veux discuter avec toi, me coupa-t-elle
• D’accord, je suis chez ma badienne aux hlm Paris, arrivée au croisement béthio tu m’appelles et je t’indique le chemin…
• D’accord ma chérie, à plus tard !
Une heure après elle m’appelle et je lui indique le chemin, je la vois descendre de sa voiture habillée d’une jolie robe en brodé rose.
• Allez prend place ma chérie, je vais aller chercher ma badienne, dis-je avant de sortir du salon
Je reviens quelques minutes après avec ma badienne derrière moi. Amina se lève pour l’accueillir
• Tata, Diop comment vous allez ? Dit-elle en donnant la main à badienne
• Ah ma chérie toi je te fais la bise, répondit badienne en prenant Amina dans ses bras avant de lui donner deux bisous. Comment ça va ma chérie et mon petit mari ?
• Ça va je vais bien merci et ton mari aussi Ma Sha’Allah
• Alhamdoulillah alors !
On prend place et on parle de l’actualité, des enfants…
• Rama je suis venue pour te parler…
• Je vous laisse discuter alors, dit badienne en se levant
• Non tata, j’aimerai le faire en face de vous si ça ne vous dérange pas, dama beugeu sédé ci limay wakh !
• Ah oui, ça ne me pose pas de problème ma chérie.
• Ça va te paraitre bizarre ma venue ici mais je ne suis là que pour la paix. Je suis au courant de ce qu’il s’est passé entre Khassimou et toi, rassure-toi je ne l’ai pas entendu de la bouche de notre mari, il ne voulait même pas que je m’en mêle mais avant tout je suis une femme, la femme de Khassimou le meilleur mari du monde et ta coépouse ! aussi quand je dis coépouse nak c’est au sens propre du nom ndakh mane diapéwoumala woudiou sœur lala diapé, l’autre moitié de notre mari. Je ne suis pas là aussi pour te donner des leçons sur comment gérer ton ménage mais je peux quand même te dire qu’on a toi et moi un objectif en commun c’est-à-dire seuy ba déh, bégal sunu goor alors on se doit d’être uni et nous entre aider. Je ne sais pas quel est le fond du problème entre Khassim et toi mais je sais que ça doit avoir un lien avec les térangas que tu as distribués la dernière fois à la belle-famille. Quel que soit le problème tu n’aurais dû jamais accepter qu’il te fasse sortir de ta maison warone nga bagne ba teud ci souf, il n’osera pas amener un huissier pour qu’il te fasse sortir quand même. Maintenant tu sais exactement avec qui tu as à faire ! Je parle de la belle-famille ! Depuis que Yaye (notre belle-mère) a su le problème est-ce qu’elle t’a appelée ? Avant que le reste de la belle-famille ne soit au courant, elle aurait régler le problème et parler à son fils mais non elle fait comme si elle n’était pas au courant, nga wara khamni senn bopp lanou fi nékal moi je l’ai su le lendemain de mes térangas, Codou voulait envoyer un message à sa cousine et elle s’est trompée en me l’envoyant elle disait que j’ai gâché l’argent de son frère fala khamé sama bopp déh ! je ne suis pas une rapporteuse mais je veux qu’on cesse cette guerre pour être la mieux « aimée et considérée » alors qu’elles ne sont là que pour se remplir leur poche ! Moi je ne veux qu’une chose et toi aussi j’en suis sûre, une famille unie, des enfants qui ne sentiront jamais une quelconque tension entre nous, qu’ils ne fassent pas la différence entre toi et moi parce que nous sommes toutes les deux leurs mères et qu’enfin Khassim soit toujours heureux de voir sa famille unie. Mane diapaloumala dara, comme je l’ai dit au début, tu es ma grande sœur, mon amie j’espère et je te le dis devant ta badienne et ça vient du fond du cœur, si je t’ai fait un quelconque tort sans que je ne le sache, je te prie de me pardonner. Il n’est pas facile de partage son homme c’est vrai mais mettons toutes rivalités de côté pour nous en premier parce que ce n’est pas du tout bon pour nous sur le plan psychologique mais aussi pour les enfants et pour notre amour de mari ! Dit-elle sincère
Badienne n’arrêtait pas de dire Ma Sha’Allah, moi j’avais la tête baissée, j’avais honte. Je me suis dit que c’est moi qui devais avoir ce comportement, c’était mon rôle. Je me suis levée et j’ai pris Amina dans mes bras
• Balma akk parce que c’est moi qui t’en dois, tu ne m’as rien fait mais je t’en ai voulu d’avoir accepté de te marier à mon homme, je t’en ai voulu ! Pardonne-moi Amina !
• Ma Sha’Allah Amina guisna ni borom xol bou rafet nga, tu as un bon cœur et tu viens de gagner mon estime à tout jamais. Voilà comment une femme sensée doit raisonner faire de la stabilité de son foyer une priorité. Je prie Allah que Satan soit loin de votre famille et qu’IL éloigne toute personne malintentionnée de votre chemin. Nekk lenn benn rek In Sha’Allah kenn doulenn meuneul dara ! Comme on dit rek l’union fait la force !
• In Sha’Allah ma tante ! Rama n’oublie pas la nuit du Laylatul Qadr c’est après-demain chez moi. Ne le rate pas, je compte sur toi d’accord ?
• In Sha’Allah je n’y manquerai pas !
• Cool alors ! Je vais y aller, j’ai quitté le boulot pour venir te parler. Khassim m’a dit qu’il passera ce soir amener les enfants na nga fékhé ba boumla fi bayi nak, fait tout pour qu’il ne te laisse pas ici ! Dit-elle en me faisant un clin d’œil
• J’essaierai en tout cas…

***Khassim Fall***
Ma discussion avec Amina m’a fait ouvrir les yeux, elle a raison et je viens de me rendre compte que j’ai fait une grosse bêtise. Je devais être ridicule devant ma belle-famille quand j’ai ramené Rama chez elle, j’aurai dû réagir d’une autre manière mais sous le coup de la colère je n’ai pas réfléchi à ce que je faisais et là je me sens idiot. Le coup est déjà parti mais comment le rattraper ?
Elle passait ces derniers jours à m’appeler et m’envoyer des messages auxquels je n’ai jamais répondu mais depuis hier rien et c’est ce qui me met en rogne et je me suis déversé hier sur Amina qui ne m’a pourtant rien fait. Ce matin quand je l’ai appelé par le nom de Rama je me suis rendu compte que j’étais en train de devenir fou avec cette histoire et que ma femme me manquait même si je prétends le contraire…
Quand badienne m’a appelé pour dire qu’elle la gardait chez elle je me sentis soulagé, au moins sa mère ne va pas en profiter pour lui mettre des idées absurdes dans la tête, Rama fait tout ce que sa mère lui dit mais il n’y a que badienne qui peut la raisonner. Je la préfère à ma belle-mère faut dire que c’est une vraie sorcière cette femme !
Je suis en pause et je vais directement chez ma mère, Mame Kha va m’entendre. Toute cette tension entre mes deux épouses c’est elle et mes sœurs qui l’ont créée mais ça je vais le régler après pour l’instant elle va me dire pourquoi elle se mêle de ce qui ne la regarde pas et pourquoi elle ne sait pas tenir sa bouche
Je me gare devant la maison, furieux. J’entre et je la vois assise avec ma sœur et ma mère en train de parler des autres comme d’habitude…
Yaw loutakh nga meuneu fenn Kha ? Tu ne sais pas tenir ta bouche ? Criai-je sans prendre la peine de saluer
Hey Khassim loula dall ! Dit ma mère en se levant
Je ne vous parle pas ! Pourquoi tu as appelé Rama pour lui dire que son fils a failli mourir ? Tu l’as vu agoniser han ? Yaw ngir Ya’Allah apprend à tenir ta bouche et arrête de mentir !!! Je ne veux plus que tu te mêles de ma vie et celle de ma famille, je ne veux plus que vous vous mettiez entre mes épouses, vous toutes la wakh ! Et désormais sachez que c’est moi Khassim qui ait interdit à mes épouses de vous donner ne serait-ce qu’un vulgaire bout de tissu ! Vous êtes toutes au courant de mes problèmes entre Rama et moi et personne d’entre vous n’a daigné lever le petit doigt pour intervenir ce qui prouve encore une femme que vous êtes des ingrates ! Et toi maman, tu laisses cette bande d’hypocrite te dicter ce que tu dois faire alors qu’elles sont toutes les deux tes enfants et que tu dois les traiter au même pied d’égalité mais non tu es la première à faire des bassesses à mes épouses té waroula benn yonn kilifeu day matt kilifeu tu n’es plus un enfant pour entrer dans ces futilités ! Nga balma, je ne devrai pas te dire certaines choses ni de parler avec cette manière mais là je ne suis pas moi vous m’avez déçu ! Yaw Mame Kha dougati nga ci samay affaires rek moy nala ray ! Si tu oses remettre ton nez dans mes affaires je te tue ! je ne veux plus te voir chez moi, tu restes ici ou tu retournes chez ta mère ! Balenn ma akk nak, dis-je avant de retourner au boulot, soulagé d’avoir sorti tout ce que j’ai dans le cœur

Le soir après être passé récupérer les enfants chez ma sœur, je reste coincé dans les embouteillages au moins une bonne heure ce qui m’a énormément retardé. Nous sommes arrivés chez badienne à l’heure de la coupure. Je sonne et c’est Rama qui est venue nous ouvrir, les enfants sautent sur elle, ils se font des bisous à n’en plus finir…
• Papa tu ne viens pas embrasser maman, elle ne t’a pas manqué ? Dit Fatima
J’avance et donne un petit bisou à ma femme, j’ai senti qu’elle tremblait légèrement, elle doit être stressée… nous regagnons le salon où on trouve badienne en train de boire de l’eau
• Allez, venez vite, il est l’heure de couper ! Dit-elle
Elle me tend un petit bol rempli de dattes, j’en prends trois que je mange avant que Rama me serve un verre d’eau tiède.
• Les enfants allez faire vos ablutions et venez prier !
Quelques minutes après je dirige la prière après on se retrouve autour de la table pour manger tout en discutant avec badienne…
• Comme tu es là kay, je vais te garder ici et tu vas dîner avec nous. Rama a fait du Yassa poulet, elle m’a dit que c’est ton plat préféré, fit badienne souriante
• Yaye boye…
• Tu ne vas pas me refuser ça quand même ?
• Bon d’accord, je ne veux pas te fâcher…
A vrai dire j’avais envie de rester, je trouvais Rama sublime dans une robe en Woodin bien moulante ce qui faisait sortir ses courbes. Elle me manque tellement, je ne sais plus la dernière fois que je l’ai touché… elle me surprend en train de la regarder, elle me lance un sourire très coquin avant de disparaître vers la cuisine
Après la prière et les nafilas nous nous retrouvons autour d’un plat de Yassa poulet bien garni, je me suis bien régalé avant que Ramatoulaye me serve encore un verre de jus de gingembre qui piquait tellement en plus de ce qui avait dans le poulet… hum je vois clairement dans le jeu de mon épouse et ce n’est pas pour me déplaire…
• Yaye je voudrai parler avec mon épouse mais hors de la maison ? Je peux vous l’emprunter ? Demandai-je, gêné
• C’est ton épouse mon fils alors tu n’as pas besoin de mon autorisation, soula nékhé sakh ngenn fanane all je peux garder les enfants sans souci, répondit-elle avec un clin d’œil
J’explose de rire, cette femme est grave mais je l’adore…
• D’accord yaye, à tout à l’heure alors !
• Tu veux allez où ? Demandai-je à Rama une fois dans la voiture
• Chez nous, répondit-elle sans hésiter

Le chemin jusqu’à chez nous se fait dans le plus grand silence. Arrivés, je lui demande si elle veut boire quelques choses mais à vrai dire je ne savais pas par où commencer et j’avais envie d’autre chose que de parler de nos problèmes
• Je veux que tu saches que je suis désolée pour tout ce qui s’est passé dernièrement. Je ne sais pas ce qui m’a pris et…
• Chut ! Je t’ai dit tout ce que j’avais à te dire la dernière fois et j’espère que tu as retenu la leçon ?!
• Oui j’ai compris mais tu n’avais pas à me ramener chez ma mère tu ne peux pas imaginer ce que j’ai vécu ces derniers jours…
Elle se tait et essuie une larme
• Je suis désolé mais j’étais aveuglé par la colère !
• Quel que soit le problème, tu n’avais pas à m’humilier comme tu l’as fait Khassim. J’ai fait une grosse bêtise je le reconnais mais tu n’avais pas à me faire ça…
• Wa diekhna balma ! Je t’en supplie arrête de pleurer. Ecoute on oublie tout ça, yaye néna nanou fanane all si on veut et moi j’ai vraiment envie de ma femme, dis-je promenant mes petits doigts sur son visage mouillé par les larmes
J’essuie ses larmes et lui donne de petits bisous sur ses joues, elle ferme les yeux et savoure. Je promène jusqu’à ses lèvres avant de les prendre délicatement puis j’enfonce naturellement ma langue entre ses dents.
• Tu m’as manqué, soufflai-je entre deux baisers
Elle se lève me tourne le dos pour que je l’aide à ouvrir le zip de sa robe et en une seconde elle se dévoile en lingerie hyper sexy. Elle portait un string qui avait une vue ‘’bandante’’ devant et très vite je perds tout mon contrôle
• C’était quoi le plan quand tu portais ça ?
• Rendre fou mon mari quand il enlèvera la robe !
• Hum… et tu as bien fait mais sache d’avance que tu vas le payer très cher !
• Tu sais que je n’ai absolument pas peur quand il s’agit de tes menaces au contraire ça me fait un effet fou… là… en bas… plus bas et plus loin…
Je suivais les traces avec mon index jusqu’au lieu indiqué mais je stoppe net à l’entrée, ce serait beaucoup trop facile de commencer les choses comme ça…
• Non ! J’ai prévu autre chose Mme !
Je sors salon direction la chambre, je sors dans le tiroir une de mes cravates et je retourne au salon tout sourire. Rama était couchée sur le canapé là où je l’avais laissée jambes relevées et écartées… hum je sens qu’on va bien s’amuser aujourd’hui…
• Amour si on jouait ? Questionnai-je en lui montrant ce que j’avais à la main
• Non, non la dernière fois ça s’est mal terminé ! Bakhna doyna seuk !
• Je croyais que do daw ? Tu ne vas pas fuir ?
• Je ne vais pas fuir je veux juste m’assurer que tu vas refaire le même coup ?
• Non mais avoue que c’était quand même bon ?
Elle sourit avant de tendre ses mains, je saisis ses poignets et les attache à l’aide de la cravate puis je l’aide à se coucher sur le canapé. J’ouvre délicatement ses cuisses, je commence à embrasser son gros orteil et je monte petit à petit…
• Tu es sublime ma chérie, tu m’as tellement manqué…
• Khassim tu parles trop ! Grogna-t-elle en soulevant son bassin, impatiente
• Hum je ne veux pas t’entendre nak compris ?
Elle gémit pour seule réponse, je n’avais pas besoin de toucher son string alors avec mon pouce je caresse délicatement l’entrée de son vagin puis je monte m’attaquer à sa petite perle. Très vite, elle perd la notion du temps, elle se retenait difficilement et au moment de jouir je retire mes doigts. Elle me regarde les yeux larmoyants, je ferai mieux de ne pas faire durer les choses. Je recommence avec plus d’entrain, elle hurle, je sentais ses membres trembler et je retire encore mes doigts…
• S’il te plaît…
Je détache le nœud et l’aide encore à se lever puis je lui demande de s’accouder sur le dossier du canapé, elle jouit dès que je la prends et à mon tour de perdre mon calme…

Commentaire Facebook

11 commentaires on “PARTIE 7

  1. Rama on dit  » Les conséquences corrigent mieux que les conseils » Maintenant tu sais à quoi t’en tenir tu sais qui est ta belle mère et ses filles toutes des sorcières cherchant à détruire ton foyer .Demain tu saura comment te comporter avec eux et ne jamais tomber dans leur piège .

  2. Oh Niarel Amina, quelle sagesse….j’aimerais voir la tête de la belle famille quand elles vont voir Rama chez aminata😋😍😍😍

Comments are closed.